Trois hommes jugés pour vente de lait périmé depuis 2009, la Douane aussi indexée

Le délit reproché est source de péril pour les consommateurs : Vendre un produit alimentaire périmé depuis 2009, c’est-à-dire depuis 7 ans, du lait en poudre d’une valeur de 50 sacs de 25 kg !

Oui, c’est le fait  reproché à un trio de commerçants nichés au marché de Grand-Yoff, nous dit ‘’Enquête’’. Omar Cissé, Adama Sarr et Modou Lô ont été jugés hier par le Tribunal des flagrants délits de Dakar pour la mise en vente de produit périmé.

A la barre, les trois commerçants sont revenus largement sur les faits. Adama Sarr a confié qu’il avait l’intention d’acheter la marchandise pour le compte d’un ses oncles mais il s’était désisté.

Selon nos confrères, il a toutefois précisé qu’il n’était pas destiné à la consommation humaine mais animale. Selon toujours ses dires, avant son désistement, le lait était déjà stocké dans un lieu appartenant à un de ses collègues commerçants.

Quant aux nommés  Omar Cissé et Modou Lô, ils ont soutenu avoir acquis le lait en question auprès d’un certain Thierno, sans autres précisions. Leur vendeur leur aurait confié avoir acheté la marchandise auprès d’un certain Abdou Seck qui l’aurait obtenu après une vente aux enchères par les services douaniers. Ces deux personnes citées ne se sont pas présentées à la barre.

’Pires que des vendeurs de drogue’’

La représentante du parquet a demandé l’application de la loi mais elle n’a pas manqué de bien sermonner les prévenus. Selon la parquetière, les trois commerçants qu’elle assimile à des criminels  sont pires que des vendeurs de drogue. Elle est convaincue que les commerçants étaient prêts à écouler leur produit tout en sachant qu’il était périmé, nous dit ‘’Enquête’’.

‘Comment vous pouvez donner du lait périmé à un animal ? Vous êtes pires que des trafiquants de drogue, des criminels. Vous n’avez rien à dire’’, a tonné la parquetière.

La défense pour sa part n’a pas du tout était tendre avec l’administration des Douanes, relaie le journal.

Pour Me Abdou Dialy Kane, avocat de Modou Lô et de Omar Cissé, ‘’la grande question qui mérite d’être posée est de savoir pourquoi la Douane a accepté de vendre aux enchères un  produit périmé’’ ?

Cela voudrait dire, selon lui, que la consommation de ce lait est possible.

« La douane ne peut pas vendre le lait à Abdou Seck et ne pas être inquiétée. Elle devrait procéder à la destruction des sacs de lait »’ a martelé M. Kane.

Le conseiller de Adama Sarr, a estimé que son client n’est mêlé ni de près ni de loin à la mise en vente du lait puisqu’il s’était désisté après avoir manifesté son intention d’acheter. Compte tenu de ces arguments, ils ont demandé que leurs clients soient relaxés purement et simplement. Et au pire des cas, qu’ils soient relaxés au bénéfice du doute. Délibéré est fixé demain 10 mars.

 

Dieyna SENE
à lire

Autres Articles