Trentième anniversaire de l’Espace Schengen : Horizon Sans Frontières pour le respect et un meilleur traitement des migrants

Les accords de l’espace Schengen ont  été signés  le 14 juin 1985  par   la France, la RFA, la Belgique, les Pays Bas et le Luxembourg. Outre la cérémonie officielle, l’événement  sera marqué par une Eucharistie le dimanche 14 juin à 9h 30

Il sera question de liberté mais aussi de frontières et d’immigration car le thème choisi est  «  un Monde sans frontières «  en hommage aux  naufragés comme pour rejoindre l’idée de Horizon Sans Frontières.

Par sa stabilité économique et sociale, l’Europe est  un aimant, elle est le premier pole d’immigration dans le monde avec un solde migratoire de plus 1.4 millions par an plus que dans l’ensemble (Usa, Canada, Australie) estimé à 850000 personnes.

Avec la mondialisation, elle est devenue  le carrefour des liens, économiques et culturels, mais elle n’arrive pas à assumer  les défis  de la mondialisation.

Ceci se traduit par ce grand malaise au sein de l’union, ses dirigeants  peinent à trouver un consensus pour gérer  cette crise migratoire avec plus de 1800 morts depuis le début de l’année.

La liberté de circulation qui est l’un des principes fondamentaux du projet de l’union européenne est   bafoué.

L’union Européenne  est devenue une  véritable forteresse avec  des  barricades  physiques, politiques et juridiques.

La thèse  sécuritaire est avancée et justifiée par des craintes   de terrorisme et malgré les  naufrages l’opinion publique reste  hostile à l’immigration.

90% des Italiens ,75% des français ,66% des Britanniques ne sont pas favorables  à la venue des migrants sur leur  sol  et il faut un   programme   explicatif, éducatif  et prospectif au niveau  des populations.

Ses frontières sont devenues des lieux de souffrance, de blessures voire même un cimetière pour les migrants.

La politique actuelle de l’Europe donne une impression assez  différente de  la réalité  car le continent a besoin de migrants pour faire face aux vieillissement démographique  et aux pénuries conjoncturelles et sectorielles du marché du travail.

On parle de solidarité  avec comme idée  dominante  le « partage du fardeau. »

C’est à dire une répartition  des demandeurs d’asile alors qu’en matière qu’en matière de droit d’asile on ne peut pas obéir à des règles de quota.

La politique actuelle de l’Europe vise aussi à maintenir vise à maintenir les migrants et les demandeurs d’asile  en dehors des frontières de l’UE. (Voir de créer des centres de rétention dans des pays du Maghreb comme la Tunisie et d’autres pour éviter l’entrée des migrants sur le territoire de l’union européenne)

L’organisation internationale de migrant Horizon Sans Frontières profite  de  cette   commémoration pour demander à l’Europe de revoir son pacte sur l’immigration, et le droit d’asile.

Elle doit  adapter la convention de Genève de  1951 aux nouvelles donnes de l’émigration et remettre en cause  sa gestion des flux migratoires.

 

 Boubacar  Séye

 Citoyen Européen

 Président d’Horizon Sans Frontières.

 E-mail : boubacarseyehsf@gmail.com

 

Dieyna SENE
à lire

Autres Articles