Touba se mobilise pour des mesures énergiques contre l’insécurité galopante

A Touba, les autorités administratives et religieuses sont décidées à mettre un terme aux exactions des bandes armées qui ont mis la ville sainte et ses environs dans une situation d’insécurité totale. Au registre des faits divers, les plus fantastiques attaques à main armée et cambriolages ont pour cadre Touba et Mbacké depuis quelque temps. Face à cette situation, une réunion de réflexion sur les problèmes de sécurité de Touba. Une rencontre au cours de laquelle, opérateurs économiques, chefs de village, délégués de quartier et ceux des marchés ont fait un diagnostic sans complaisance de la situation de terreur qui s’est installée dans la zone. Après concertation, la réunion a abouti sur certaines conclusions selon le sous-préfet de Ndam.
«Nous avons retenu de mettre en place un comité à la préfecture de Ndam présidé par le sous-préfet comprenant le maire et les responsables des forces de sécurité et quelques délégués de quartier, de marché et de chefs de village pour, en fait, instituer une réunion mensuelle qui va nous permettre de cogiter davantage sur les réalités de la sécurité publique à Touba», a dit Modou Mbacké Fall.

Il annonce que «régulièrement aussi des patrouilles de la police et de la gendarmerie seront organisées au niveau de la ville» et que «des brigades de surveillances seront montées dans les quartiers incessamment». Il y aura dans le même temps, «des tournées présidées par le sous-préfet au niveau des villages pour monter des brigades de vigilances qui vont servir de relais et même d’auxiliaires aux forces de sécurité pour l’alerte et pour la prévention des crimes et délits».
Au niveau des marchés, il a été décidé de mettre des points focaux. «Nous avons aujourd’hui 28 marchés quotidiens dans Touba, et chaque marché doit avoir un point focal comprenant un certain nombre de personnes qui, en cas de besoin, pourront rapidement alerter les forces de sécurité, mais également prévenir beaucoup de choses».

Mais ce ne sera pas tout dans les marchés. «Nous allons également revoir le système de gardiennage dans ses marchés en relation avec les délégués, avec également les sociétés de gardiennage et les mettre sous la botte des forces de sécurité notamment la police et la gendarmerie pour qu’au moins ces gardiens puissent se sentir surveillés et travailler correctement avec les forces de l’ordre».

Il est également prévu de «procéder à une élimination de taxis calandos irréguliers communément appelé ‘Goana’» en plus des motos Jakarta dans la ville sainte.

Il a aussi annoncé le «nettoyage du ‘Réseau’ de marché Ocass qui est un nid d’insécurité dans la ville» mais aussi d’«utiliser les constructions de Gare Bou Mag et des zones périphériques en les faisant occuper par des gens réguliers pour que les constructions irrégulières ne servent plus de niches de replis des bandits et des délinquants».

S’agissant du grand quartier de Madiyana, le sous-préfet annonce : «nous avons retenu d’enlever ce qu’on appelle les «barres» (tentes) sur la grande artère du quartier où il se passe beaucoup de choses qu’on arrive difficilement à maîtriser».

En ce qui concerne l’éclairage public, «la mairie de Touba a promis de faire une extension pour que les quartiers périphériques qui sont mal éclairés soient davantage éclairés pour que la sécurité puisse régner en maître», souligne Modou Mbacké Fall.

Source  »Le Populaire »

Dieyna SENE
à lire

Autres Articles