Terrorisme Un équilibre entre sa lutte et le respect des droits humains plaidé par la société civile

Des militants des droits de l’homme ont souligné, vendredi, à Dakar, la nécessité de faire preuve d’équilibre entre la lutte contre le terrorisme et le respect des droits humains, pour mieux déjouer la menace djihadiste. ‘’Il faut un équilibre entre la lutte contre le terrorisme et le respect des droits humains, et pour cela, il faut des stratégies holistiques, consensuelles, économiques et sociales’’, a préconisé Amsatou Sow Sidibé, Professeur de droit à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar.

Elle co-animait une conférence publique sur « la question du respect des droits humains dans un contexte d’insécurité ». La rencontre s’est tenue en présence du secrétaire général d’Amnesty International, Salil Shetty, et d’autres défenseurs des droits de l’homme

‘’La réalisation des droits à l’économie, à la liberté, à la vie est fondamentale pour juguler ce mal qui est le terrorisme’’, a estimé le Pr Sidibé.

L’ancienne directrice de l’Institut des droits de l’homme et de la paix de l’UCAD estime que l’éducation de base constitue le ’’meilleur mode de prévention ‘’ contre le terrorisme.

‘’Il faut inculquer, dès le bas-âge, la culture de la paix, de la tolérance, pour permettre à l’enfant d’évoluer avec cette culture’, a-t-elle dit, invitant les forces de défense et de l’ordre et la population, à signaler tout acte suspect.

Le directeur exécutif d’Amnesty international/Sénégal, Seydi Gassama, relève un conflit entre les mesures prises par les Etats et les gouvernements pour restreindre les libertés des citoyens et la lutte contre le terrorisme.

‘’Beaucoup d’Etats ont pris des mesures pour restreindre les droits à la liberté. Il (droit à la liberté) est devenu une fiction dans plusieurs Etats, et gouvernements et citoyens sont placés sous écoute ou surveillés’’, a-t-il fustigé.

Il estime qu’il faut éviter de suivre les terroristes dans leur logique. ‘’Si nous nous mettons à changer notre civilisation, à renoncer à nos libertés, nous ne faisons qu’apporter de la force à la puissance terroriste’’, a averti Seydi Gassama.

Il appelle les populations, les Etats et les gouvernements  à faire de sorte que toutes les frustrations qui alimentent le terrorisme soient supprimées pour une réussite de la lutte engagée dans ce cadre.

Source APS

Dieyna SENE
à lire

Autres Articles