Témoignages sur des pratiques mystiques courantes : Attention ! Les charlatans-envoûteurs foisonnent parmi nous

L’affaire qui a conduit à ce Grand Reportage remonte au début du mois septembre de cette année. Les lecteurs du site lactuacho.com se souviendront d’un fait de société où une fille mystiquement atteinte a été délestée de ses biens, mais pire encore a dépouillé quelques proches au profit d’un jeune marabout. Envoutée, la jeune fille s’est  vidée de ses portables, a délesté sa grand-mère et une voisine pour  remettre une valeur de plus 500 000 francs CFA à un charlatan. Des témoignages sur le mysticisme ambiant nous sont parvenus d’autres victimes. Et souvent, tout part d’une poignée de main…Reportage

Un petit rappel du déclic

De jeunes charlatans sont en train de faire des ravages à Guédiawaye. Il leur suffit juste de réciter quelques versets pour envouter leurs victimes qui s’exécutent comme des robots. D’après ‘’L’Obs’’ qui refile l’info, une jeune fille, S.G a en fait les frais un soir de septembre  vers les coups 22 heures 30 mn.

Piégée par un ces jeunes charlatans-voleurs, elle a d’abord ouvert l’armoire de sa grand-mère sur ordre du charlatan pour y soutirer un bijou d’une valeur de 500.000 francs.

A cela elle a rajouté ses deux portables Samsung et Nokia, (imaginez combien les filles tiennent à leurs portables), pour tout remettre au voleur.

Après avoir rendu visite à une voisine pour lui emprunter, elle aussi ses deux téléphones ( Samsung et Alcatel) pour les remettre également au jeune charlatan, ce n’est que plus tard qu’elle s’est ‘’réveillée’’, se rendant compte qu’elle avait été envoutée. Le mal était fait !

F.A et les prières du charlatan

Une autre femme, F.A., elle, gardera toujours ce mauvais souvenir, pour avoir seulement montré le chemin à un homme d’un certain âge, au ‘’déguisement’’  pourtant très correct.

L’homme à l’aspect  religieux, voulait rendre visite à un parent qui lui avait donné comme repère une boulangerie pourtant distante de seulement quelques mètres du lieu où il a croisé la jeune F.A.. Cette dernière qui devait prendre le bus pour  se rendre à son lieu de travail, lui indiquera le chemin, se déplaçant même pour le mettre sur la voie.

L’homme à la mine bien sympathique, pour la remercier de cette disponibilité assez rare de nos jours, lui prit les mains pour des prières. Ce fut le déclic !

Comme s’il avait d’elle un robot, il lui a demandé de retourner sur ses pas, d’aller chez elle, pour lui remettre bijoux et autres objets de valeurs.

C’est ce que fit F.A sans hésiter.  Elle ouvrit leur armoire, lui remit ses biens et d’autres qui ne lui appartenaient pas en guise de cadeau.

Ce n’est que des minutes plus tard, alors qu’une de ses amies lui disait qu’elle la croyait déjà au boulot, qu’elle aussi s’est ‘’réveillée’’ pour plonger dans un cauchemar.

Un fait qui la marque et la marquera encore  très longtemps.

 

La femme au bon cœur, le charlatan et son complice

Chez  N. Ndiaye, la fête du travail célébrée le 1er Mai de chaque année aura toujours un goût bien amer. Ce fameux jour, vers les coups de 15 heures, alors qu’elle se rendait chez une copine, un homme qui semblait un peu désemparé l’a interpellée du coté de l’ENA , pour lui demander si elle connaissait un certain Vieux, un malien résidant au Sénégal, et qui ‘’faisait de bonnes actions’.

Comme blablas, il a expliqué qu’il était venu  récupérer des médicaments chez ce vieux, pour les remettre à une malade et que malheureusement il s’est perdu dans le coin.

La jeune fille lui répond que non et lui demande de voir du coté des vendeurs  de volaille qui siégeait  tout près.

L’autre lui rétorque qu’il ne parle que le français, à part le bambara et ce n’est pas évident que les vendeurs de volailles puissent parler français.

Aussitôt, sur ces entrefaites,  un jeune qui s’avèrera plus tard être son complice a interpellé le Malien, lui disant qu’on attendait que lui pour aller au SAMU.

Pour corser l’addition, lui qui parlait wolof, l’autre a expliqué que c’est sa sœur qui venait d’accoucher (des Jumeaux) et que l’un des bébés allait mourir du fait des mauvaise esprits qui les suivent.

Après quelques échanger, le charlatan lui a demandé à la fille de tendre les mains pour des prières. Ce qu’elle fit, tombant dans un gouffre psychique dont elle ne sortira que des heures après.

« Il s’est mis à réciter des versets, mais je sentais à un certain moment qu’il intervertissait certaines sourates que je connaissais, puis tout a basculé ! » Se rappelle N.Ndiaye.

« Je le suivais comme un mouton de panurge. Tout  ce qu’il disait je le faisais. On est allé s’asseoir sur un banc situé devant une maison (DIEU merci, ils ne m’ont pas emmenée).  Après des pratiques mystiques que me reviennent en mémoire,  il m’a demandé si ma maman avait de l’or, je lui ai dit que nous habitons lui d’ici. Alors, il m’a répondu que moi j’en avais sur moi… »

Le reste, selon la femme, se déroula comme un film, mes boucles d’oreilles en or que  j’avais à ma naissance et que je m’étais promise de transmette à ma fille, si DIEU m’en donne, il me les a demandées. C’était tellement difficile à enlever de mes oreilles que je suis cassée des ongles. J’avais une chaine et un bracelet que ma sœur m’avait ramenés d’Algérie et trois bagues en argent, mon portable Nokia Express music neuf à l’époque. Tout est parti, tout même les 16 000 mille francs que j’avais et des pièces… » a –t-elle revécu.

Loin de s’arrêter à ce ‘’braquage mystique’’,  les charlatans ont ratissé un peu à coté.

«  Chez ma copine, j’ai pris un portable que je leur ai remis. Quand, ils m’ont dit qu’ils allaient à la boutique, je suis restée là-bas à attendre. C’est que des minutes après je suis revenu sur terre, mais comme si j’avais pris un coup sur la tête. J’ai failli devenir folle ! » A expliqué N. Ndiaye.

Un an après les faits, la femme a cru les avoir aperçus du coté du Camp Pénal. C’était durant un mois de ramadan, ils marchaient tranquillement. Elle était dans  un taxi, quittant Derklé chez pour rentrer chez elle au Nord Foire.

Autre témoignage, mêmes procédés

Selon M. S., un homme qui sait que « L’Afrique a ses réalités », c’est la demi-sœur de sa femme qui a vécu un fait similaire.

Un homme s’est présenté à elle pour lui demander une direction. Ce qu’elle lui indique en toute humanisme. Pour la remercier, le marabout (marre à boue, selon certains) lui demande de tendre les mains pour des prières.

C’est ainsi qu’elle est tombée dans le piège du charlatan pour perdre, elle aussi des biens.

Ciblent-ils seulement les femmes ?

A cette question, d’autres témoignages assurent que non !

N’est-ce pas Mbidou ?

Le jeune homme a eu la surprise de sa vie, sur un fait assez répandu des années derrière, mais que peu de Sénégalais ont connu. Des hommes qui par des pratiques assez bizarres font disparaître le sexe de leur vis-à-vis comme si ces derniers avaient subi une ablation.

Mbidou, (un surnom), est un jeune banlieusard qui ne croyait pas en ces «choses-là ». Un jour dans son propre quartier, un homme l’a interpellé. Lui demandant pardon, il lui a expliqué qu’il voulait des renseignements.

Après lui avoir serré la main, le jeune homme a aussitôt senti dans frémissements le long de son corps.

Le charlatan, calmement, comme si de rien n’était, lui a expliqué qu’il venait de lui ôter son sexe et lui exigé une certaine somme pour lui rendre ses bijoux de famille.

Mbidou, dans un réflexe aux allures de sursaut, glissa sa main dans son pantalon, pour constater effectivement l’absence de ‘’ses attributs d’homme’’..

Mais dans un autre réflexe de ‘’Boy Town’’ comme on les appelle, il s’est agrippé au charlatan, avant de rameuter tout le quartier, avec ses cris qui s’entendaient des centaines de mètres à la ronde.

Finalement, le charlatan, malmené et voulant échapper une mort certaine, a ramené les ‘’choses’’ à leur place. Comme au démarrage, le jeune a ressenti un frémissement, avant de constater ‘’ce retour à la normale’’.

Un piège déjoué à temps

Un ami de votre serviteur a lui eu la chance de ne pas être tombé dans le piège de cette racaille. C’est du moins son sentiment après des faits plutôt bizarres. Vivant dans un pays occidental, il était de retour pour des vacances…

« Quand je suis venu à Dakar il y a quelques temps, ma mère m’avait averti sur les envouteurs qui foisonnent dans les rues de Dakar. Mais voilà, pour tout te dire, moi je ne croyais pas du tout à ces pratqiues. Mais quelques jours après, en sortant de la boite de ‘’Tigo’’ située sur la Route des Niayes , un individu est venu directement vers moi en me tendant la main avec un large sourire. Je ne le connaissais pas mais j’ai failli lui serré la main. Mais au dernier moment je me suis rétracté. Chose bizarre, c’est alors brusquement qu’il a pris ses jambes à son cou .C’est ainsi que j’ai alors j’ai compris que je venais juste d’échapper  à un piège ! Et devine, les sueurs froides que j’ai eues ! » témoigne-t-il.

 

 

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles