Tchad/Justice La grève des magistrats reconduite pour un mois

Le secrétaire général du Syndicat des magistrats Tchadiens (SMT), le juge Djonga Arafi, a informé samedi, que, la grève sèche est reconduite pour un mois après deux semaines de cessation de travail pour revendiquer le payement des arriérés de salaires et l’annulation du décret portant rabattement des primes et indemnités des juges.
Malgré la tenue de la réunion du conseil supérieur de la Magistrature du Tchad, mardi dernier, élargie aux magistrats et greffiers, qui sollicitait du personnel judiciaire d’instaurer un service minimum afin de vider quelques dossiers des détenus par semaine, l’assemblée générale du SMT, a rejeté l’offre et envisager de poursuivre le mouvement d’humeur.

D’après le secrétaire général du SMT, M. Djonga Arafi, son équipe a restitué ses échanges avec le conseil supérieur de la magistrature à l’assemblée générale, mais dans l’unanimité, les magistrats ont opté pour la poursuite de la grève.

«Des débats ont été houleux à l’assemblée générale au sujet de l’instauration du service minimum mais la proposition est rejetée. Il faut reconnaître que, les revendications du personnel judiciaire (magistrats et greffiers), sont restées insatisfaites», regrette le juge Djonga Arafi.

Les magistrats et greffiers tchadiens sont partis en grève depuis presque deux mois (pour les greffiers), et deux semaines pour les juges. Les deux corps de la justice revendiquent le paiement des arriérés et demandent l’annulation du décret portant rabattement des primes et indemnités des magistrats.

Bien que lors du conseil supérieur de la magistrature, magistrats et greffiers, ont été favorables à l’instauration d’un service minimum, la majorité vient de rejeter la proposition et l’appareil judiciaire tchadien reste paralysé.

«Avec la grève des magistrats, le Tchad a cessé d’être un Etat de droit. Toutes les personnes arrêtées sont à la merci des commandants de brigade (plus connus ici par le sobriquet CB) et les policiers», regrette un juge.

Source APA

 

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles