Tchad Une marche de protestation de femmes bloquée par la police

Des femmes travailleuses avaient prévu de marcher dès 6 heures (heure locale) sur un trajet allant de la Bourse du travail en empruntant les avenues Charles De Gaulle, Bokassa et Mubutu pour atteindre la permanence du Syndicat des enseignants du Tchad, à l’école du centre, en face de l’ambassade des Etats unis au Tchad. 

La marche pacifique pour protester contre le non-paiement de leurs deux mois de salaires ne s’est finalement pas déroulée, a constaté APA. Ces femmes ont fait face dans leurs parcours aux forces de l’ordre du Tchad, policiers, gendarmes et garde nationale et nomade du Tchad, lourdement armées.

Après les avoir d’empêcher d’accéder à la Bourse du travail, les forces de l’ordre ont ensuite suivi les manifestantes dans d’autres lieux de rassemblement tels que l’espace Festa Afrique et l’Ecole du centre où se trouve le siège du Syndicat des Enseignants du Tchad.

Tous les grands carrefours de la capitale ont été occupés par de contingents de police.

«Nous avons voulu marcher mains nues, sans fusils ni bâtons ou de cailloux, mais le gouvernement qui se montre de plus en plus non démocrate nous en empêche», regrette un groupe de femme interrogé par APA.

Les manifestantes sont membres de la plateforme intersyndicale composée de l’Union des syndicats du Tchad (UST), de la Confédération indépendante des syndicats du Tchad (CIST) et du Syndicat national des enseignants et chercheurs du supérieur (SYNECS).

 

Source APA

Oumou Khaïry NDIAYE
à lire

Autres Articles