Surprenant que trois (3) Souverains Pontifes furent des…Noirs ? Revisiter l’histoire pour gommer des niaiseries

Il s’appelle Almamy Abdoul Demba Tall. Il est Journaliste, un ancien de la RTS, ancien conseiller en communication du Port Autonome de.Dakar (sous Dg Djibril Ngom), du Centre des Œuvres Universitaires de Dakar (dir. Sada Ndiaye),de la Concertation Nationale sur l’Enseignement supérieur (Professeur Assane Seck),du recteur de l’Université Cheikh Anta Diop (Recteur Souleymane Niang). Ancien diplomate a l’ONU(New-York). A travers un post piqué sur son mur Facebook, l’homme tente de revisiter l’histoire pour gommer des niaiseries via ce qu’il qualifie de « modeste réponse précipitamment écrite » aux niaiseries, inutilement insultantes, racistes d’un président…

 

Le 15e Pape Saint-Victor (an 186), le Pape Militiades (an 311) mais aussi le 49e Pape Gelasiusi (an 492), en plus de 107 autres authentiques Saints, dont les célèbres Saint-Benedict (an 1526) et Saint-Charles Lwanga (1886), que vénère l’Eglise Catholique aujourd’hui encore, avaient tous en effet la peau entièrement…noire, les cheveux crépus, et directement d’origine africaine évidemment.

Trois Papes…noirs.

Pourtant, leur rayonnement ecclésiastique, ne constitua, aucunement pas, la seule excellente raison du profond respect pour les hommes Noirs; que les premiers Européens firent montre; au tout début de leur venue en Afrique.

Surprenant? Que le « blanc » ait fait montre de véritable respect pour le Noir pendant un moment?

Faut-il continuer d’occulter en effet, que durant 200 ans, vers l’an 1300; les premiers explorateurs Européens rencontrèrent une très vibrante Civilisation Africaine en plein essor économique; de laquelle ces Européens apprirent énormément, et avec laquelle ils entretinrent un très florissant commerce, tout en faisant montre du plus profond respect et d’une immense admiration?

De remarquables liens de solide affection entre ces « visiteurs » et ces généreux Africains par nature; au point que ces premiers aventuriers Européens se firent même les assidus patients de la puissante médecine africaine, dont les secrets se retrouvèrent très vite dans les laboratoires d’Occident.

Ce profond respect d’alors de ces Européens pour l’Africain; car ils savaient que si ces africains noirs leur apportèrent non seulement de très remarquables Papes de l’Eglise et Saints, ces Africains leur apportèrent surtout la Civilisation elle-même, au début même de la première Epoque du Paléolithique, confirmera Senghor.

Ces premiers « blancs » avaient également appris que les premiers qui fondèrent l’Europe elle-même, n’étaient qu’un groupe d’Africains noirs; les fameux « hommes de Grimaldi », il y’a 40.000 ans.

Dans l’environnement hyper-glacial de l’Europe, ces premiers noirs en Europe perdirent leur Mélanine au fil des millénaires, et subirent de superficielles altérations physiologiques; comme la forme du nez et la texture des cheveux, attestent les scientifiques.

Même la sérieuse 84e Réunion Annuelle des Anthropologues Américains, avec de convaincantes preuves archéologiques, s’avance pour confirmer que l’homme « blanc » n’existe que depuis 8.000 ans seulement. Les premiers Européens étaient noirs de peau, confirme-t-elle péremptoire.

En d’autres termes: le « Blanc » est juste un Noir; qui a perdu sa Mélanine.

Plus récemment d’ailleurs, de nombreux Rois européens avaient tous la peau noire: King Charles, ou Septiques Empereur de Rome, Henry II Roi d’Italy (an 972), Pierre-Le-Grand de Russie, entre autres…étaient tous foncièrement noirs, ou des mixtes aux évidents caractéristiques physiques noirs.

Même aujourd’hui, les profondes traces de ces « hommes de Grimaldi » Noirs subsistent encore, comme le prouve l’existence encore des surprenants authentiques Grecs…de couleur noire.
Des Grecs noirs de souche et d’origine, qui vivent encore dans la région grecque de Xanthi…aujourd’hui encore.

Mieux. Les incalculables raisons du respect donc des premiers européens pour les noirs se nourrissaient surtout évidemment de très remarquables grandes découvertes scientifiques de ces Africains, qui non seulement inventèrent la Roue, les premiers, mais aussi l’Ecriture, le Calendrier, les Mathématiques et même la…Montre, parmi des centaines d’autres inventions.

Ces Africains qui ne vécurent jamais dans des grottes, au contraire des premiers Européens.

Ces africains, des génies du commerce, qui déjà faisaient même usage du chéquier, comme le prouve Ibn Kawqal, 900 ans avant Jésus.

Ces africains qui vivaient, dans certaines parties de leur continent; dans des villes avec immeubles de 8 étages souvent, 1000 ans avant l’Ere Chrétienne.

Des villes avec systèmes de voirie et d’assainissement, en plus d’innombrables centres universitaires connus jusqu’en Chine. Une Chine, dont les africains furent aussi les premiers habitants.

Ces africains, qui découvrirent même l’Amérique les premiers. Longtemps avant Christophe Colomb.

Les premiers Européens, qui ne pouvaient donc que tomber sous le charme de cette extraordinaire civilisation noire africaine; tout le long du Nil jusqu’aux miradors de gigantesques et très puissantes nations au cœur du continent; comme celles du Monomotapa (Zimbabwe), ou l’incontestable « Reine des Nations »; l’inégalable Empire-Songhaï; qui s’entendait du Cameroun au…Maghreb.

Devant tant de fastes, et de grandeurs militaire, académique, et économique; les premiers missionnaires Européens ne se trouvèrent d’autre explication « scientifique » de la grande intelligence des Noirs, que par leur…Mélanine.

En béate admiration, devant ce qu’ils découvrirent, les aventuriers d’Occident conclurent que c’est justement cette Mélanine, qui rend les Noirs si brillants, intellectuellement et physiquement.

La Mélanine; cet alcaloïde que fait secréter le cerveau humain.
Cette Mélanine; le plus puissant antioxydant existant, la plus puissante défense génétique humaine, et qui donne également aux noir(e)s leur merveilleuse belle couleur.

En plus simple; pour ces premiers Européens: plus on est noir(e) ; plus on serait…intelligent(e)s.

Autre preuve que même la Culture de ces Noirs reste encore sans égale; puisqu’aujourd’hui encore; la langue la plus riche au monde, reste la langue Ecrite du TAA, que parlent encore les peuples du désert du Kalahari en Namibie.

Cette « théorie de la Mélanine », comme facteur d’intelligence supérieure, survit aujourd’hui encore dans les travaux d’éminents universitaires, comme Leonard Jeffrie parmi de nombreux autres, que confirme le remarquable Professeur Amos Wilson; qui soutient dans son mondial best-seller; que ses études et tests de pointe lui prouvèrent que: 80% des enfants de moins de 4 ans avec forte teneur en Mélanine (noirs): s’assoient, parlent, marchent plus vite, et apprennent même beaucoup plus rapidement, que des enfants sans forte Mélanine…dans de parfaitement identiques conditions environnementales, médicales et nutritionnelles;

En tout cas, ces immenses bénéfices de la Mélanine, ne justifient tills pas la vente de Mélanine en ce moment aux Etats-Unis; pour que le « blanc » se l’injecte; afin de bronzer plus vite, en plus d’autres bienfaits, pour 30 dollars le flacon?

Jamais donc l’Européen ne vint; pour immédiatement faire des Africains ses esclaves. Il n’en avait même pas les moyens d’ailleurs.
Au contraire il approcha cet Africain Noir avec déférence. Il Le fit avec un ton humble, et ne tarissait pas d’éloges pour les africains et leurs gigantesques réalisations, une fois de retour chez lui en Europe.

Mais qu’est ce qui changea donc?

Pourquoi et comment donc, si brutalement, passa-t-on de ce très cordial commerce respectueux, en sauvage exploitation et au massacre génocidaire de ces Africains par ces même « blancs »?

Quel accident survint donc?

PART II.

C’est pourtant l’introduction d’un unique produit commercial par ces « visiteurs blancs », qui ouvrit les portes de l’enfer pour les africains.

En effet; une fois les Européens introduisirent la diabolique Poudre-à-Canon, vers 1500; tous les Chefs de clans, Rois, Roitelets, mercenaires locaux etc…Tous se jetèrent sur cette poudre; simplement pour dominer leurs voisins, leurs concurrents aux trônes, ou dompter l’ennemi dans la même famille…

Par ce commerce de la Poudre, s’établira vite un échange apparemment innocent au début: les Européens voulaient de la main d’œuvre locale pour leur commerce, main d’œuvre très bien entretenue au début.
En retour, l’Européen délivrait cette poudre-à-canon et des armes aux intermédiaires, qui les délivraient ensuite aux Rois locaux, désormais en conflits permanents avec leurs frères voisins.

Par l’introduction de cette seule poudre-à-canon; le commerce de biens et d’humains des Européens en Afrique, connut une explosion de 700 % en une seule génération, révèle le Wall-Street Journal.

Est-on moins africain; lorsqu’on admet enfin que durant un moment précis; si les leaders africains n’avaient pas mis eux même leurs propres frères aux fers pour les vendre contre de la Poudre-à-Canon; jamais d’autres n’auraient jamais pu le faire?

Pendant une fatale courte période de notre multimillénaire riche histoire; des leaders africains baissèrent donc la garde.

Par leur coupable négligence; ces leaders africains, avides de pouvoir, firent entrer dans la bergerie des loups venus d’ailleurs.
Des loups beaucoup moins nombreux et certainement beaucoup moins intelligents, mais juste plus féroces et impitoyables.

Le leadership africain pourrait-il jamais se guérir de cette malédiction?

Et si la longue libération de ces décideurs africains et de leurs peuples africains, méconnaissable aujourd’hui encore, ne passait que par un simple mais incontournable…petit pas?

Ce petit pas qui ne sera que la suppression pure et simple de la plus néfaste position élective en Afrique aujourd’hui: celle de Président de la République.

Quel honnête citoyen peut défendre que les plus insoutenables maux des africains et de la pagaille actuelle, ne proviennent pas de leurs chefs, de leurs Présidents?

Les Présidents africains sont non seulement totalement inutiles, mais se révèlent chroniquement contre-productifs et néfastes au plus petit progrès, que ne pourront jamais faire les peuples africains.

N’est-ce pas que d’incalculables peuples dans ce monde prospèrent aujourd’hui sans un Président?

Aucun des présidents africains ne développera jamais un seul pays africain.
Jamais. Ils n’y songent même pas.
Ils ne s’assignent même pas cette mission, autant ils le clament pourtant, avant de s’accaparer goulument de tous pouvoirs et de tous les bijoux de famille des peuples de ce si riche continent.

Seuls cinq (5) pays africains, sur les 54, offrent réellement la voix au peuple aujourd’hui; au point d’adopter un système parlementaire, qui les débarrassèrent enfin de leurs inutiles, encombrants et nocifs Présidents de Republique.

Au sommet de cette courte liste de 5 champions du Parlementarisme; le Botswana évidemment: l’exemple-étalon de l’Emergence en Afrique: le pays le moins corrompu du continent, avec son enviable taux de chômage de 7% seulement: 7 fois moins que le Sénégal. Ce Botswana, avec son PIB de 16.000 dollars, 16 fois plus que celui du pauvre Sénégalais, selon le Fmi.

Ce même Parlementarisme de grande réussite économique également pour l’Ile-Maurice; l’autre Oasis du continent.

Peut-on sérieusement avoir de plus patriotique aspiration; que de balayer la racaille des actuels Présidents d’Afrique; pour les remplacer par un système parlementaire qui mettra directement un pool d’exécutifs, issus du peuple, qui va gérer un pouvoir sous le control constant de tous?

Aucun system n’est certes parfait, mais y va-t-il de meilleur système que celui qui fait que l’Allemagne trône aujourd’hui sur toute l’Europe, que le Canada plastronne en Amérique, que le Japon et l’Inde déploient des ailes d’aigle et que même les Etats-Unis règnent?

Aucun d’eux n’a de Président.
Dans le seul cas d’exception des Etats-Unis; leur Président, géant aux pieds d’argile, croule sous la botte des vrais représentants du peuple, par un intransigeant « Checks-and-Balances »; pour lui dicter les règles d’une intègre gestion, constamment, alors qu’une indépendante Justice reste l’ultime souverain-arbitre?

Ainsi La seule suppression de l’inutile Institution de Président de la République, au Sénégal par exemple, permettra, entre autres, d’économiser l’énorme gâchis de 230 Milliards CFA par an en actuelles dépenses directes et indirectes; juste pour l’entretien exclusif de cette absolument inutile Institution de Président de la République.
Une immense dépense pour nourrir un seule personne; qui n’a aucun impact positif sur aucun des chapitres de développement de ce pays.

Dans ce même Sénégal; le génie politique du Parlementarisme, ne dit-il déjà pas ses preuves?

Quelle meilleure gouvernance cette nation sénégalaise connut-elle, que celle de la « Republique-Lebou » au 18e siècle?

Lorsque ces L’ébous, descendants de l’Egypte ancienne, supprimèrent toute notion de Président, Roi ou même Chef absolu, et placèrent alors le vrai pouvoir entre les mains d’une Assemblée Législative de 36 Jamburs dans les 12 Pencs?

Même si cet exemplaire peuple des Lebous reconnaissait la tutelle du « Grand Serigne », ce dernier partageait en retour tous ses pouvoirs, et ne prenait jamais de décisions solitaires.
Toutes les décisions d’Etat dans la fameuse « Republique-Lebou » se prenaient de manière collégiale.

Le Parlementarisme ne dit-il pas aussi toute la grande pertinence du tout premier Gouvernement du Sénégal, avant que le discutable coup d’Etat de 1962 ne vienne dérailler le pays; pour le jeter dans un Présidentialisme fort, avec les catastrophiques conséquences visibles aujourd’hui encore?

Depuis la nuit dernière donc; les Sénégalais sont en campagne électorale pour élire leurs 165 députés, dont on peut logiquement douter qu’ils puissent relever cet éléphantesque défi; de remettre ce pays sur les rails d’une vraie démocratie.

Sans cela, de quel enjeu véritable ces Législatives peuvent elles se prévaloir?

Permettront-elles enfin, de remettre en place un Parlement qui va contrebalancer un Président aux pouvoirs sans limite?

L’abominable système politique actuel, qui s’illustre comme le seul cancer du Sénégal, n’en sortira-t-il pas intact?

Ne s’agira t-il pas, encore une fois, que de remplacer Samba par Demba ou Fatou?

Le ridicule et abrutissant actuel système d’enrôlement des parlementaires au Sénégal, permettra-t-il jamais l’avenement de véritables et légitimes « représentants du Peuple »?

La révolution parlementaire n’aurait certainement pas lieu après ces Législatives de carnaval dans 20 jours.

L’immense et profond respect, que les « blancs » nous témoignèrent avant le début de l’esclavage de 1550, lorsqu’ils nous visitèrent pour la première fois, et nous trouvèrent forts; les peuples d’Afrique ont-ils donc définitivement perdu ce respect pour toujours?

Ces peuples d’Afrique cependant ne retrouveront tills pas très vite ce respect; lorsqu’ils cesseront eux aussi de s’encombrer de leaders obsolètes, comme celui inutile de Président de la République?

Leur reste donc cet inévitable petit pas de se débarrasser de ces couteux Présidents déjà au service d’autres lointains peuples…européens.

Donc ne reste plus que l’option diligente d’un Parlementarisme selon les authentiques éternelles valeurs africaines; afin de sauver ce qui peut encore l’être.

Sinon…Adieu Shangri-La.

« Quand j’étais petit, on m’a dit que n’importe qui pouvait devenir président. Je commence à le croire. » : Clarence DARROW.

« If you rule through chaos, you reap what you sow. »: NEHRU.

#Juste notre modeste réponse (précipitamment écrite) aux niaiseries, inutilement insultantes, racistes, hier, de l’actuel arrogant ignorant Président de France Emmanuel(le) Macron (micron?)

 

Almamy Abdoul Demba Tall 

Journaliste. Ancien de la RTS. Ancien conseiller en communication du P.A.D.(Dg Djibril NGOM),du C.O.U.D (dir. Sada NDIAYE),de la Concertation Nationale sur l’Enseignement superieur(Professeur Assane SECK),du recteur de l’U.C.A.D(Recteur Souleymane NIANG). Ancien diplomate a l’ONU(New-York). Actuel manager a Connor Law firm-USA.

webmaster

Rédacteur

webmaster

à lire

Autres Articles