Suicidé et enterré dans la précipitation, la mort de Maoundo Baldé suscite moult interrogations

Dans le village de Saré Lao Bambé, situé à 45 kilomètres de Kolda, le suicide de Maoundo Baldé, âgé de 26 ans, suscite beaucoup de supputations. D’autant que le défunt a été inhumé sans que le corps ait été examiné par un médecin légiste.

Ainsi, les commentaires vont bon train. Les sceptiques soutiennent que les pieds de ceux qui se donnent la mort par pendaison ne touchent pas le sol, or tel n’est pas le cas ici. Mais cette suspicion contraste avec les informations recueillies auprès des membres de la famille et des voisins. Ils sont unanimes à dire que la victime n’avait aucun problème avec quiconque dans le village.

« Le samedi 4 juillet dernier, vers 7 heures du matin, j’ai appelé Maoundo Baldé pour qu’il aille au champ. Il n’a pas réagi. Je suis entré dans sa chambre et à ma grande surprise, je l’ai trouvé pendu. Immédiatement, j’ai alerté le voisinage », raconte Ibrahima Baldé, grand frère de la victime. La femme du défunt Tida Gano, âgée de 20 ans, ajoute que son « mari n’avait aucun problème avec qui que ce soit. Nous avons coupé le jeûne ensemble. D’ailleurs, il avait rangé ses bagages en me disant qu’il allait voyager le lendemain. C’est sur ces propos qu’on s’est séparés et je suis allée me coucher dans notre case. Le matin, son grand frère est venu nous informer que mon mari était décédé ».

C’est ainsi que la nouvelle s’est propagée comme une traînée de poudre. Les forces de sécurité, informées, sont arrivées sur les lieux du drame. Les gendarmes ont ouvert une enquête. « Aucune trace de sang n’a été trouvée sur les lieux. La corde utilisée par le défunt pour se pendre est faite de fibres herbacées. Elle est longue de 2,40 mètres avec des nœuds de part et d’autre », renseigne une source de la Brigade de la gendarmerie de Kolda.

Le défunt Maoundo Baldé a été enterré le lundi dans son village natal, laissant derrière lui une épouse et un enfant. La victime était le frère jumeau du regretté Soukel Baldé décédé lui aussi l’année dernière dans des conditions dramatiques au large de l’océan Atlantique, alors qu’il tentait de rejoindre l’Europe.

Source ‘Enquêteplus’’

 

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles