Spéculation foncière à Sindia : De gros bonnets au cœur du bradage

Didier Drogba, Idrissa Seck, Djibril Mar Diop et Global Business, Pascal un promoteur français… La liste des gros bonnets cités dans la spéculation foncière est assez longue.

A Sindia, la construction de l’aéroport, la réalisation de l’autoroute à péage Dakar-Mbour et le projet de Zone économique spéciale ont déclenché une folle course à la propriété foncière.

Dans un dosser dédié à cette affaire, le journal ‘’L’As’’ révèlent que de gros bonnets de la République, mais surtout des chefs d’entreprises et des spéculateurs ont fait main basse sur des terres qui jusque-là étaient destinées à l’agriculture et à l’élevage.

Drogba signalé dans la zone

Drogba, même s’il n’est pas connu pour être un homme d’affaire, aurait investi dans la localité. Par l’intermédiaire d’un certain Cissokho, l’international ivoirien s’est octroyé plusieurs hectares à hauteur du village de Sorokh Khassap.

Idrissa Seck le rewmiste et son domaine

Le Patron de Rewmi et ancien premier de Wade est aussi propriétaire d’un vaste domaine. D’après le journal, le mur qui entoure sa propriété est visible à partir de la route nationale. Son domaine, s’étendrait jusqu’à la rizière de la lagune de Somone.

380 hectares pour un promoteur français

Pascal, c’est le prénom du promoteur français, a lui décroché le jackpot, se faisant attribuer un site de 380 hectares. Cerise sur le gâteau nous dit l’As, ce site se trouve dans une zone écologique particulièrement intéressante située entre la lagune, la mer et la savane,  et entre deux réserves naturelles. L’homme compte y bâtir une zone résidentielle.

Djibril Mar Diop et Global Business : Des terrains contre des projets fantômes

D’après le journal, à Guéréo, Djibril Mar Diop et son partenaire Global Business avaient acquis plusieurs hectares de terre pour un projet de logements sociaux. Pour leur faciliter la tâche, le conseil rural de l’époque, dirigé par le socialiste Ousmane Lô, avait accordé une délibération sans que le bénéficiaire ne verse le moindre centime.

Aujourd’hui le projet semble être tombé à l’eau et les acquéreurs seraient sur le point de faire des transactions commerciales sur ces terres qu’on leur avait gratuitement attribuées pour un projet bien défini de logements sociaux assujetti à un protocole signé.

Sous la révolte des populations, un conseiller municipal de la localité, lors d’une séance de délibération, avait demandé au conseil municipal d’entamer une procédure légale pour annuler l’acte de propriété de Djibril Mar Diop et Compagnie.

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles