Souveraineté alimentaire : le réseau des collectivités vertes et écologiques du Sénégal (REVES) se penche sur la problématique

C’est Tataguine, un petit village à la porte des îles du Saloum que les Maires des collectivités vertes et écologiques du Sénégal (REVES) ont tenu ce vendredi 28 septembre leur atelier de réflexion et d’orientation pour l’élaboration d’un Plan d’action triennal. « Le Plan vise à renforcer la capacité des élus ainsi que le plaidoyer de REVES pour une meilleure gouvernance foncière » a déclaré Monsieur Oumar BA, Président du réseau et Maire de Ndiob.

Selon Oumar BA, « REVES est déterminé à peser de tout son poids dans la promotion d’une agriculture écologique qui préserve les intérêts des populations sénégalaises ».

Le plan d’action en cours d’élaboration contribuera à renforcer  REVES et à promouvoir une souveraineté alimentaire qui est le seul gage d’une souveraineté nationale dans la mesure où les OGM risquent de compromettre le patrimoine génétique semencier parce que les paysans ne disposeront plus à terme de capital semencier. Il s’y ajoute que l’utilisation à outrance des pesticides est très nuisible à la santé et contribue à l’appauvrissement des sols.

L’atelier a permis aux participants d’échanger sur de nombreuses questions relatives notamment à la biodiversité, à la sauvegarde des ressources naturelles, à la protection du patrimoine semencier et à la restauration de la fertilité des sols.

Selon Madame Marième Sow, Directrice de ENDA Pronat et président du Conseil d’administration de ENDA Tiers Monde, « il est important de former et de renforcer la capacité des élus locaux en matière de  gestion foncière afin de préserver les intérêts des générations futures face à la boulimie foncière ». Mme Sow a salué l’initiative de Maires qui ont mis en place REVES qu’elle considère comme un puissant outil de plaidoyer.

Quant au Maire de Meckhé, le Dr Magatte Wade, « REVES est en train de se positionner en une force de proposition  pour offrir aux populations un meilleur cadre de vie, une alimentation saine et une agriculture écologique tout en contribuant à la protection de l’environnement et de la biodiversité ».  En décidant de mettre en place une plateforme multi acteurs les Maires  inscrivent REVES dans une dynamique de progrès et de protection des intérêts des communes et des populations pour un développement durable aligné sur les ODD et le PSE.

L’atelier de Tataguine a été financé par ENDA Pronat en partenariat avec la fondation Heinrich Bôll Stiftung.

REVES a été porté sur les fonts baptismaux en 2016 à Ndiob. Il compte aujourd’hui une centaine de membres

Dieyna SENE
à lire

Autres Articles