Sensibilité de l’information : les Fake News peuvent provoquer une troisième Guerre Mondiale si elles ne sont pas freinées, selon Prof Wole Soyinka

Sur la sensibilité de l’information, selon  Professeur  Wole Soyinka a lancé une alerte qui mérite une attention particulière :  les Fake News ou fausses nouvelles, peuvent provoquer une troisième Guerre Mondiale si elles ne sont pas freinées !  

Wole Soyinka, né à Abeokuta le 13 juillet 1934, est un écrivain nigérian. Le premier auteur noir lauréat du prix Nobel de littérature, reçu  en 1986, s’exprimait au cours de « la littérature nigériane Laureate » dans sa contribution lors d’une table ronde organisée lors de la conférence intitulée Nigeria 2019: Countering Fake News, organisée par la British Broadcasting Cooperation (BBC), le mercredi 9 janvier 2019 à Abuja.

C’était au cours d’un rassemblement de personnes de différents horizons – hommes politiques, jeunes et vieux, y compris certains candidats à l’élection présidentielle pour les élections générales de 2018, professionnels des médias, représentants d’organisations de la société civile, experts en informatique, organes de gestion des élections, en particulier la Commission électorale nationale indépendante. (INEC) et le réseau des commissions électorales de la CEDEAO (ECONEC).

Les blogueurs, les universitaires, le personnel de sécurité, en particulier la police, y étaient également, ceux que le professeur de communications de masse d’UNILAG, Ralph Akinfele, a qualifiés de « fournisseurs d’informations », selon le résumé du rapport d’activité partagé avec la presse.

La vice-présidente du Nigéria, Yemi Osibajo, a prononcé le discours d’ouverture, tandis que les autres participants étaient Jamie Angus, directeur du BBC World Service Group, Funke Egbemode, président de la Guilde des rédacteurs du Nigeria, Uche Pedro, blogueur et fondateur de renom, Bella Naija, et M. Festus Okoye, un commissaire national qui représentait le président de l’INEC et le président du conseil d’administration de l’ECONEC, le professeur Mahmood Yakubu.

Après le discours de bienvenue de Oluwatoyosi Ogunseye, responsable des langues de l’Afrique de l’Ouest, BBC World Service, le modérateur Adesuwa Onwenokwe, animateur de télévision, éditeur et animateur de programmes de télévision, a donné le ton à la discussion.

Pour ceux qui banalisaient les « fausses nouvelles », l’avertissement de Soyinka n’aurait pas pu être plus pertinent. Tous semblent convenir que les fausses nouvelles ne sont pas seulement dangereuses, mais mortelles!

Il s’agit d’un phénomène humain qui n’est pas nouveau mais qui est mis en valeur par la révolution technologique / numérique.

Dans son contexte, la définition de l’UNESCO qui considère les fausses informations comme des «désinformations, des informations erronées et des informations erronées» a été examinée. Car souvent il pourrait s’agir d’un mensonge totalement délibéré, mais aussi des informations erronées qui pourraient ne pas être délibérées mais fausses, ou des informations fausses basées sur la réalité avec une certaine vérité. Autrement dit une vérité pervertie.

Après les discussions longues et animées des intervenants et de l’assemblée, il était clair qu’il n’y avait pas de solution facile. Le négationnisme ou le déni ne constituent pas non plus une réponse.

Principales recommandations :

Lutter contre les fausses nouvelles est donc une entreprise collective complexe et sans fin.

– Premièrement, vous devez identifier les fausses nouvelles pour pouvoir les contrer;

– Un certain niveau de compétence technologique et de formation est requis;

– L’éducation aux médias est également essentielle.

– Plus important encore, lutter efficacement contre les fausses informations doit être une responsabilité sociale collective, impliquant dans la phrase du professeur Akinfele le «5ème domaine du royaume» – le citoyen en général;

– Les médias traditionnels doivent renforcer leur rôle de gardiens;

– les Individus ou groupes, avant de partager toute information, vérifiez l’authenticité de la source, son exactitude / véracité et son utilité ou ses conséquences néfastes;

Ce que le Prof. Soyinka appelle «un scepticisme sain» est nécessaire pour traiter les informations :

– Les gouvernements / institutions doivent être initiaux en matière de diffusion de l’information, car lorsque vous créez un vide, il doit être rempli;

– Les créateurs de nouvelles plateformes / réseaux sociaux tels que Face Book, WhatsApp, Instagram et Twitter, etc., qui facilitent la diffusion de fausses informations ont le devoir d’apprivoiser le monstre qu’ils ont créé;

– Légiférer ou criminaliser les fausses nouvelles peut sembler attrayant, mais la conférence s’est accordée à dire que les fausses nouvelles peuvent être combattues à l’aide des lois existantes (diffamation, diffamation, vol d’identité, etc.), car certains gouvernements pourraient se cacher en introduisant de nouvelles lois. étouffer la liberté de parole / d’expression.

Au lieu de cela, un système de réglementation efficace est préféré.

Alors que le débat se poursuit à différents niveaux, et avec les élections cruciales au Nigéria dans plusieurs semaines, les propos du professeur Soyinka peuvent sembler effrayants, mais les fausses nouvelles sont réelles et on ne saurait trop insister sur les torts qu’elles peuvent causer à un individu, à une société, à un groupe de pays ou à la population.

C’est un problème dangereux nécessite une solution drastique.

C’est pourquoi, selon le document parvenuà www.lactuacho.com la BBC mérite des éloges pour cette belle initiative. Davantage de tels engagements sont nécessaires.  En tant que victimes et coupables, il nous incombe à tous de séparer le bon grain de l’ivraie.

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles