Sensibilisation sur le respect des alertes météo et du port du gilet de sauvetage : 175 pirogues appréhendées et inspectées par la DPSP

La Direction de la Surveillance et de la Sécurité en mer (DPSP) du ministère de la Pêche et de l’Economie maritime, a débuté hier la campagne de sécurisation et l’opération de surveillance participative le long du littoral sénégalais. En effet les équipes des stations côtières sont déployées au niveau des sites de débarquement pour sensibiliser davantage sur le respect des alertes météo et du port du gilet de sauvetage. En fin de journée, c’est 175 pirogues qui ont été appréhendées et inspectées par les équipes de la DPSP.

Le capitaine de Vaisseau Mamadou Ndiaye, directeur de la Direction de la Surveillance et de la Sécurité en mer (DPSP), a précisé : « On a entamé depuis ce matin une campagne de sécurisation, et une opération de surveillance participative le long du littoral sénégalais. Au total 12 brigades de surveillance participative, ont été activés ce matin et ont opéré des opérations de contrôle et de surveillance en mer. A l’issu, le bilan a été satisfaisant, 175 pirogues ont été appréhendées, inspectées. Et sur ces 175 pirogues, 27 ont été en infraction. Les infractions sont de divers motifs, c’est d’abord le non respect des dispositions en matière de respect des normes de sécurité. Donc, il manque l’absence de gilet de sauvetage à bord des pirogues et l’autre motif a été l’absence de permis de pêche à bord des pirogues ».
Selon le directeur de la DPSP, la recrudescence et la récurrence des accidents en mer leur a poussé à mener cette campagne-là pour mieux faire respecter les dispositions en matière de sécurité en mer et des dispositions également pour une pêche licite pour les pratiques de pêche responsable. Il estime qu’en 2017 au Sénégal, 92 accidents ont été enregistrés avec un bilan de 140 morts et disparus.
Et M. Ndiaye de souligner : « Il y a des sanctions qui sont prévues, les sanctions peuvent aller jusqu’à 150 000 F CFA quand on ne porte pas des gilets, quand on n’a pas de permis de pêche, les sanctions sont assez conséquentes. Pour la pêche à la plongée, c’est la pêche à la plongée avec des bouteilles, c’est une pêche qui est souvent effectuée durant la nuit. Et on demandera aux services des forces de défense et de sécurité de nous appuyer pour qu’on puisse organiser des opérations nocturnes pour essayer d’apporter des réponses dissuasives à cette forme de pêche. Cette campagne a été possible grâce à l’appui de l’Union européenne ».

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles