Sénégal mise 36,2 milliards F CFA pour assister plus de 900 000 personnes contre la malnutrition

Le Sénégal, à travers la délégation générale à la protection et à la solidarité nationale, a décidé de mettre en place un plan d’action  de plus de 36,2 milliards. Ce montant servira à assister plus de 900 000 personnes ciblées.

Cette révélation est faite hier lundi 15 juin 2015, à Dakar par le conseiller spécial du Premier ministre, Fallou Dieye.

« La pauvreté structurelle répond par des actions structurelles. Pour la vulnérabilité alimentaire et nutritionnelle, elle résulte dans le déroulement d’une campagne agricole  comme celle de 2014, qui a connu des poches de sécheresse, d’insécurité alimentaire », a déclaré le conseiller spécial du Pm. Ainsi, pour faire face à cette situation conjoncturelle disséminée dans le territoire, un plan de riposte 2015, qui se chiffre à 36,2 milliards F CFA pour lesquels 18 milliards F CFA ont pu être réunis pour assister 927 416 personnes choisies par ciblage. « C’est-à-dire au lieu d’arriver dans un village et distribuer une tonne, chaque famille cinq kilogrammes qui vont être consommés en deux jours, on cible de façon objective les personnes les plus vulnérables qui en ont plus besoin », a-t-il expliqué.

Il a fait savoir également qu’elles seront assistées pendant trois mois le temps que les premières récoltes arrivent. Cette même procédure se fera également pour le bétail où le noyau sensible sera assisté en aidant les animaux qui sont plus en difficulté.

570 000 têtes de bétails sont  ciblées. En ce concerne la malnutrition, où 155 000 enfants sont malnutris de façon sévères ou aigues.

Dans ce même sillage, 1 million d’enfants de moins de cinq ans vont faire l’objet d’une surveillance nutritionnelle pendant toute la saison et peu plus de dix mille femmes allaitantes et en état de grossesse.

A cela s’ajoute un nombre de producteurs assez pauvres qui seront assistés par la FAO qui leur fournira des semences et des intrants.

D’après la déléguée générale, Dr Anta Sarr Diacko, cette perspective a été créée pour répondre au besoin d’asseoir « les bases  d’une politique de protection sociale fondée sur l’impulsion et la coordination des projets et programmes de filets sociaux ».

Fallou Dièye s’exprimait hier lors d’un atelier de capitalisation des bonnes pratiques et réflexion sur les perspectives de mise à échelle, organisé par la Délégation générale à la protection sociale en partenariat avec le Programme alimentaire mondial (PAM).

Idy Diop

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles