Sénégal : L’énergie par les femmes

Communiqué : Alors qu’une grande partie du Sénégal souffre toujours d’une pénurie énergétique considérable, de nombreuses femmes à travers le pays prennent le relais pour fournir une source d’énergie stable et durable à leurs communautés éloignées.

L’accès à l’énergie représente un facteur de croissance important. Sans énergie les entreprises ne peuvent se développer et accroître leur production. Les enfants peinent à étudier lorsque la lumière du jour disparaît. Les établissements de santé opèrent dans des conditions non hygiéniques. Sans énergie, la vie des communautés hors-réseau se met au ralenti une fois la nuit tombée.

Le taux d’électrification rurale au Sénégal s’élève à environ 30%, mais cela descend considérablement dans les régions très éloignées telles que Tambacounda et Kédougou, dont les taux tournent autour 9% et 4%.

Démonstration pour l'utilisation des foyers améliorés

Bien que des projets nationaux soient en cours pour augmenter le taux d’accès, atteindre les zones reculées reste une problématique de grande importance. C’est dans ce contexte qu’entrent en jeu les femmes, qui deviennent actrices à part entière dans la livraison de produits et services énergétiques auprès de leurs communautés rurales, faisant le lien entre les producteurs des milieux urbains et les consommateurs éloignés.

Le secteur de l’énergie offre beaucoup d’opportunités aux femmes en termes de développement économique – à la fois par la vente de produits et services énergétiques, mais aussi par l’utilisation de cette énergie à des fins productives, par exemple pour le traitement et la transformation du riz, sorgho, mil, maïs, coton, fruit du baobab et miel. L’accès à l’énergie durable peut également contribuer à améliorer les conditions de vie de la population grâce à des cuisinières améliorées non nocives, un éclairage fiable et la possibilité de recharger les téléphones portables.

Les femmes étant les plus affectées par la pénurie énergétique, elles sont avant tout les mieux placées pour initier le changement. Consommatrices principales des produits, elles détiennent des capacités de venteauprès du consommateur qui sont en majorité des femmes.

Cependant, une faible connaissance quant aux options et produits disponibles est le principal facteur entravant la percée des femmes dans le secteur de l’énergie. Le manque de formation commerciale et technique ainsi que les stéréotypes sur le genre compliquent également leur accès aux financements requis.

C’est dans ce contexte que 250 femmes entrepreneures des régions de Tambacounda et de Kédougou se lancent dans un projet d’expansion de l’énergie en zones rurales, à travers la vente de lampes solaires, foyers améliorés, et par l’utilisation productive de l’énergie.

Cela permettra non seulement l’accès à des technologies d’énergie modernes et saines,mais contribuera également à l’autonomisation économique des femmes. Dans ce cadre, les bénéficiaires reçoivent un mentorat sur mesure ainsi qu’un soutien entrepreneurial et financier, afin de servir leurs communautés par la mise à disposition de produits et services énergétiques.

« Les femmes de ces régions sont entreprenantes mais dépendent de méthodes traditionnelles et inadéquates dans tous les secteurs. Avec le modèle de notre programme, nous donnons l’opportunité aux populations rurales, revendeurs et consommateurs, d’acquérir les produits à crédits et à moindre coût », explique Abdoul Karim Dosso, Chargé de Projet chez GVEP, l’organisation qui fournit des services de soutien et formation aux femmes entrepreneurs.

Fatoumata Keita, femme entrepreneur, reçoit sa première livraison de lampes solaires à Kédougou

Les femmes ayant accès aux mêmes opportunités que les hommes sont tout aussi capables de réussir – ceci est la mission que se donne le projet « FoyréRewbé » mis en œuvre par GVEP. En mettant à profit les qualités entrepreneuriales des femmes, tout en les soutenants pour garantir la durabilité de leur commerce, ces produits d’énergie renouvelables pénètrent un nouveau marché dans les régions hors-réseau. Faciliter l’accès à l’énergie par les femmes entrepreneures les rend actrices à part entière, tout en développant la productivité et la croissance économique de la région.

« A travers mon activité de vente de lampes solaires, je suis ravie de non seulement contribuer au développement durable de ma collectivité, mais également permettre à mon entreprise d’accroître son chiffre d’affaires », explique Fatoumata Keita, femme entrepreneur de Thiabédji, Kédougou.

L’implication des femmes dans ce secteur est donc primordiale pour rendre ces produits accessibles aux quatre coins du Sénégal. Et  afin de garantir un accès national à l’énergie, leur rôle central doit être reconnu comme faisant partie de la solution d’expansion des services énergétiques.

La reproduction de ce type de programme de soutien entrepreneurial aux femmes est ce qui permettra à d’autres régions hors-réseau de bénéficier de ces produits, tout comme une partie des habitants de Tambacounda et Kédougou à ce jour.

« Le Gouvernement du Sénégal doit prendre en compte la dimension genre dans sa politique et ses programmes énergétiques. Mieux, il doit être à l’avant-garde pour des investissements conséquents dans le secteur afin de pouvoir mobiliser d’avantage les partenaires au développement dans le financement d’une énergie sensible au genre », affirme M. Louis Seck, Directeur de GVEP au Sénégal.

Fara Michel DIEYE

Rédacteur

Fara Michel DIEYE

Co-fondateur du site Lactuacho.com, Fara Michel DIEYE jouit de plus de 18 années d’exercice dans la profession du journalisme et de la communication. Il a été notamment Rédacteur en chef du site d’information Dakaractu.com et de l’hebdomadaire Espace Magazine, et Directeur de la Rédaction du Quotidien Rewmi et de l’hebdomadaire économique Ecofi. En savoir plus >>

à lire

Autres Articles