Sénégal: la Banque mondiale décaisse 16, 7 milliards de FCFA en soutien à 10 000 personnes affectées par les changements climatiques

La Banque mondiale a approuvé aujourd’hui un crédit de 30 millions de dollars (24,4 millions d’euros) de l’Association internationale de développement (IDA) pour soutenir directement 927 ménages de près de 10 000 personnes dans la ville de Saint Louis.

Ces ménages ont déjà été déplacés par l’érosion côtière ou parmi les personnes les plus vulnérables vivant actuellement dans la zone de 20 mètres considérée comme très à risque d’inondation, rappelle le communiqué parvenu à www.lactuacho.com

«Le projet de rétablissement d’urgence et de résilience de Saint Louis montre l’engagement du Sénégal à faire face aux effets du changement climatique. C’est le premier projet de réinstallation des populations touchées par la montée de l’eau de mer, et il va préparer le terrain pour la façon dont le Sénégal aborde le problème », a déclaré Louise Cord, Directrice de la Banque mondiale pour le Sénégal.

Cette approbation, nous dit-on, fait suite à un appel à l’aide internationale pour faire face à l’érosion côtière de la ville, faite par le maire de Saint-Louis lors du One Planet Summit en décembre 2017 à Paris.

« Au cours des dernières années, nous avons vu des ondes de tempête plus fréquentes et plus intenses. Tout au long de la côte, nous pouvons voir les effets dévastateurs de l’érosion sur les maisons et les infrastructures détruites. Il est nécessaire de prendre des mesures urgentes pour préserver la Langue de Barbarie afin qu’elle puisse continuer sa fonction de protection pour toute la ville « , a déclaré Amadou Mansour Faye, maire de Saint Louis et ministre sénégalais de l’hydraulique et de l’assainissement.

Le 3 février 2018, le président du Sénégal, Macky Sall, a visité la ville de Saint Louis, en compagnie du président Macron de France et du président du Groupe de la Banque mondiale, Jim Yong Kim. La visite est devenue le tournant qui a accéléré la réponse.

Le projet, connu sous son acronyme SERRP, contribuera à réduire la vulnérabilité des populations aux risques côtiers le long de la Langue de Barbarie et renforcera la planification de la résilience urbaine et côtière de Saint Louis, ville inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Le projet quinquennal a adopté une approche participative et inclusive des plans de relocalisation des communautés affectées en assurant la participation active des communautés locales tout au long du cycle du projet.

Selon le document, cela permettra de renforcer les réseaux communautaires existants, de promouvoir le sentiment d’appartenance et de solidarité au sein des communautés, et de fournir une opportunité de renforcer la résilience globale de la communauté face aux futurs risques de catastrophes et aux changements climatiques.

Pour rappel, l’Association internationale de développement (IDA), créée en 1960, aide les pays les plus pauvres en accordant des prêts et des prêts à faible taux d’intérêt pour des projets et des programmes qui stimulent la croissance économique, réduisent la pauvreté et améliorent la vie des pauvres.

 

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles