Semaine nationale de sensibilisation contre les drogues : Un bilan jugé satisfaisant

La 31ème édition de la semaine nationale de sensibilisation et mobilisation contre les drogues a pris fin ce samedi 30 juin 2018, après une randonnée pédestre organisée par l’Amicale de la 1ère Promotion des policiers auxiliaires (Appap). Axée sous le hème : « AP1, modèle d’union et de solidarité dans les forces de défense et de sécurité », cette excursion qui est en sa première édition, est une occasion pour les organisateurs de décliner un bilan satisfaisant.

Le bilan de cette édition est globalement satisfaisant du fait que la police a atteint tous ces objectifs dans cette semaine de sensibilisation. Ces propos sont tenus par Matar Diop, contrôleur général de police et coordonnateur du Comité interministériel de lutte contre la drogue (Cild), ce samedi 30 juin 2018, à Dakar, à l’occasion de la randonnée pédestre organisée par l’Amicale de la 1ère Promotion des policiers auxiliaires (Appap), marquant la clôture de la semaine de sensibilisation et de mobilisation contre les drogues. « Ce qu’on voulait, on l’a pratiquement atteint, à savoir une mobilisation sociale autour de ce phénomène rythmé par plusieurs activités », a-t-il fait part. Avant de révéler : « Cette année, nous avons innové pour éviter de créer des désagréments au niveau des alentours immédiats du lieu habituel d’incinération qu’est les Mamelles, en allant à la Sococim. Mais aussi, il y a l’installation des stands à la cérémonie de lancement animés par les différents acteurs de la chaine de la lutte contre la drogue surtout la société civile, l’Ocrtis, le Cild, la gendarmerie et la douane ». Comme la lutte contre la drogue a fait d’énormes résultats durant cette dernière décennie dans ce pays, ce dernier de faire savoir que cela est dû à une option irréversible prise par le Sénégal et qui consiste à lutter farouchement contre les trafiquants de drogues qui sont, dit-il, « des marchands de la mort », qu’est la modification en 2007, du code des drogues adopté en 1997, rendant plus sévère les peines contre les narcotrafiquants. Maintenant, au lieu d’une peine de 5 à 10 ans, la sanction est corsée et passe de 10 à 20 ans de travaux forcés pour dissuader les trafiquants.
Cette semaine a permis l’organisation des activités dans une période aussi longue. Elle a commencé pour cette édition, par l’incinération des drogues le 25 juin à la Sococim, le jour suivant par le lancement officiel à l’occasion d’une cérémonie organisée sous l’égide du ministère de l’Intérieur, puis une conférence organisée à l’Ucad, avant la clôture le samedi de la semaine par une randonnée pédestre. Elle a servi de parcourir, précise le contrôleur général de la police, les artères de la ville afin de lancer des messages de sensibilisation à l’endroit de la population et surtout les jeunes qui sont très représentés à cette excursion et qui sont devenus la première cible la plus vulnérable contre l’usage des drogues. « La police est là pour mieux les appuyer et les impliquer dans cette lutte contre l’utilisation de ces intoxiques », a-t-il expliqué, avant de lancer un appel à la population surtout les jeunes à l’appropriation du Plan stratégique national de lutte contre la drogue.

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles