Sécurité et maintien de la paix : la CEDEAO pour une coopération renforcée avec l’ONU et d’autres organismes internationaux

Le président de la Commission de la CEDEAO, Marcel de Souza, a intenté une poursuite pour une collaboration renforcée de ses partenaires, des organisations des Nations Unies (ONU) et d’autres organismes internationaux dans le maintien de la paix et de la sécurité dans la région.

Selon un communiqué parvenu à la rédaction de www.lactuacho.com, Marcel de Souza a donné cette indication en recevant des lettres d’accréditation auprès des ambassadeurs, des hauts commissaires, des chefs de délégation et des représentants permanents au Nigéria et avec l’accréditation simultanée à la CEDEAO à Abuja, au Nigéria, le 11 septembre 2017.

Le président de Souza a déclaré aux diplomates séparément que, en dehors des défis de l’intégration et des besoins humanitaires, les problèmes de paix et de sécurité sont maintenant nécessaires pour assurer la plus grande collaboration avec les partenaires de la CEDEAO, car la région est confrontée au fléau du terrorisme, de l’insurrection et des catastrophes naturelles.

Session après session avec les envoyés, le Président a réitéré l’Engagement de la Commission de la CEDEAO à l’intégration de l’Afrique de l’Ouest. Avec leur soutien et leur assistance, a-t-il soutenu, la CEDEAO peut réaliser davantage et pourrait faire face aux tendances économiques et sociales anciennes et émergentes telles que la migration irrégulière, les problèmes de santé transfrontaliers et l’autonomisation des jeunes.

Il a aussi révélé au cours des réunions qu’il s’agissait d’un témoignage de la direction positive dans laquelle la CEDEAO faisait progresser les pays géographiquement en dehors de l’Afrique de l’Ouest, comme le Maroc, la Mauritanie, Sao Tomé-et-Principe et la Tunisie, sont maintenant disposés à rejoindre le palier qui pourrait donner un coup de pouce important à un marché élargi ayant déjà plus de 300 millions de personnes.

Selon toujours le communiqué, il y avait des engagements garantis par les envoyés en matière de collaboration continue et de partage de connaissances sur des domaines identifiés, notamment des alertes précoce, des initiatives conjointes de sécurité, en vue de traiter collectivement les activités des terroristes telles que Boko Haram au Nigéria et la violence inquiétante dans certaines parties du Mali, Burkina Faso et Togo.

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles