SÉCURITÉ DU TUNNEL DE SOUMBÉDIOUNE : Des tombes seront déplacées pour le prolongement de la bretelle

Dans le but d’assurer une sécurité optimale du tunnel de Soumbédioune, qui est construit à coût de plus d’une dizaine de milliards de nos pauvres francs, la bretelle mérite d’être prolongée. Pour la faire et avant d’entamer ces travaux, une ouverture d’un angle du cimetière (Abattoir) est impérative, tout en déplaçant quelques tombes.

La poursuite de la bretelle du tunnel de Soumbédioune qui a coûté plus de 11 milliards F CFA à l’État du Sénégal, n’est pas chose aisée pour les autorités administratives de la ville de Dakar en particulier et celles étatiques en général. Elle mérite beaucoup d’attention, de courage et d’abnégation pour sa réalisation. Selon Cheikh Tidiane Thiam, chef de la Division ouvrage d’art à Ageroute, pour la sécurité du tunnel en cas d’accident ou autres catastrophes, il est préférable d’ouvrir un angle vers le cimetière « Abattoir » de la médina pour faire passer la bretelle. Raison pour laquelle, précise le chef de la Division ouvrage d’art à Ageroute, « il est impératif de déplacer deux à trois tombes afin de faciliter le travail ».

Et comme cela peut réveiller les démons de la manifestation de cette localité, ce dernier d’annoncer qu’il est primordial d’aller vers les populations pour les expliquer le but de ce projet. C’est ainsi qu’il est prévu une grande sensibilisation et des discussions avec les populations, les dignitaires, les Mouvements de jeunes et mêmes les Associations sportives et culturelles (Asc) les leaders d’opinion, la société civile pour pouvoir coordonner toutes ces activités et agir avec moins de tracasserie, de résistance. Ce qui va permettre d’entamer une étude globale du projet qui impacte l’environnement, la situation de la commune et les mesures à entreprendre. Mêmes les pirogues qui sont sous le tunnel et qui constituent un point à risque important de la dalle à béton du tunnel ne seront pas laisser en rade pour la sécurité des usagers.

« Le béton ne tient pas au feu. Si on a un incendie sous le dessous du tunnel et tout ce qu’on a comme potentiel calorifique constitué par les pirogues, le tunnel peut s’affaisser », a-t-il expliqué. Avant d’insister : « C’est un point sur lequel on peut agir tout de suite pour éviter des désagréments ». m. Thiam s’exprimait en marge de la visite organisée par le ministère des Infrastructures, des Transports Terrestres et du Désenclavement des travaux de protection des routes côtières et du tunnel de Soumbédioune, en collaboration avec les ministères chargés de l’Environnement et de la Planification urbaine, où il a fait savoir que le nouveau quai de pêche peut les aider à loger toutes les pirogues exposées sous le tunnel. Embauchant le pas, Me Oumar Youm, ministre, nouveau ministre des Infrastructures de déclarer : « Des mesures seront prises très rapidement. Le préfet a noté ce qui a été retenu en collaboration avec le ministre de l’Urbanisme. Et nous allons très vite entrer dans une phase de négociation, de descente, avant que les mesures idoines soient prises justement pour désencombrer et assurer une sécurité optimale au tunnel qui est sous surveillance 24h/24 », a-t-il fait savoir. Revenant sur la surveillance de ce bijou le ministre des Infrastructures a déploré les occupations qui empêchent sa viabilité. « Quand on est dans une dynamique de changement, il y a toujours des résistances et il y a des malentendus qu’il faut vaincre. Nous allons essayer de trouver les meilleurs formules possibles pour permettre d’agir dans la préservation de l’espace public, sans autant heurter et le faire dans le respect des lois, de notre environnement, de l’espace public », a-t-il conclu.

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles