Sécurité/ CEDEAO: Les ministres en charge vont travailler avec le Nigéria pour relever les défis de la région

Les ministres chargés de la sécurité dans les États membres de la CEDEAO sont enclins à renforcer leur collaboration avec le Nigéria afin de créer une région plus sûre et plus stable.

C’est apparu lors du 12ème forum annuel des ministres, organisé dans le cadre de l’Assemblée générale du Comité des chefs de police de l’Afrique de l’Ouest (WAPCCO), le 16 mai 2019 à Abuja, au Nigéria.

Aux participants à la réunion, le président de la République fédérale du Nigéria et président de l’autorité des chefs d’État et de gouvernement des chefs d’État et de gouvernement de la CEDEAO, Muhammadu Buhari, fait parvenir que les ministres étaient réunis au moment où une grande synergie entre les États membres de la CEDEAO est nécessaire dans la lutte contre le crime et la criminalité dans la région.

Le président Buhari, par la voix de son ministre de l’Intérieur du pays, le général Abdulrahman Bello Dambazau (Rtd), a déclaré que les problèmes d’insécurité posés par la corruption, le terrorisme, les affrontements communaux, les conflits entre agriculteurs et agriculteurs, le trafic de drogue, d’armes et d’êtres humains, l’enlèvement pour La rançon, le banditisme armé, la prolifération des armes légères, le blanchiment d’argent et d’autres crimes transnationaux organisés sont quelques-uns des vices menaçant la paix, le progrès, l’intégration et le développement de la région.

A cela s’ajoute aux autres menaces telles que le changement climatique et la dégradation de l’environnement, l’extrême pauvreté et la mauvaise gouvernance, qui nécessitent également une attention urgente.

Outre la porosité des frontières territoriales et la proximité du Sahel qui rendent la région vulnérable à toutes sortes d’activités criminelles illégales, il a souligné que les activités des terroristes de Boko Haram, affectant le Nigéria et les pays du bassin du lac Tchad comme le Tchad et le Cameroun en Afrique centrale , ont créé de nouveaux problèmes humanitaires avec le déplacement de personnes de leurs communautés constituant une menace sérieuse pour la sécurité dans la région.

Soutenant que les résolutions de la réunion deviendraient la mesure standard des performances, ce qui contribuerait à protéger les démocraties de la région, le président Buhari a appelé à un juste équilibre avec le protocole de la CEDEAO sur la libre circulation des marchandises, personnes et services.

Il a aussi exhorté les chefs à « partager leurs expériences, à réévaluer et à harmoniser les stratégies et les opérations de lutte contre la criminalité dans nos différents pays, de manière à ce que nous puissions mettre en place des institutions fortes et viriles garantissant une lutte plus efficace contre le crime et la criminalité ». efficace et assure la sécurité de la vie et des biens de notre peuple »

Le président Brou a fait parvenir un message précisant que les principaux facteurs d’insécurité en Afrique de l’Ouest sont variés et restent inchangés, tandis que la corruption, la mauvaise gouvernance, les inégalités structurelles, le taux élevé d’analphabétisme, la pauvreté, le chômage, les tensions ethniques et religieuses dans certains États membres, entre autres aidé les choses

Félicitant le gouvernement du président Muhammadu Buhari pour les efforts courageux déployés en vue de vaincre Boko Haram, il a exhorté les États membres à « renforcer leur collaboration avec le Nigéria et à faire preuve d’un plus grand engagement et d’une plus grande détermination à lutter contre ce groupe » en adoptant une attitude plus proactive en matière de renseignement et de partage d’informations. Il a également remercié les Nations Unies, l’Union européenne, INTERPOL, l’Institut d’études de sécurité et d’autres, qui ont apporté un large soutien à la CEDEAO, lui permettant de renforcer sa portée et sa capacité à faire face aux divers problèmes de sécurité de la région.

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles