Scandale à la Fifa : Platini et Blatter suspendus, la presse française et ses interprétations

Michel Platini « s’en remettra-t-il ? » La question est posée dans les colonnes de la presse française ce vendredi. L’ancien capitaine des Bleus, qui aspire à présider la Fifa, s’est vu infliger une suspension de 90 jours par le comité d’éthique de l’organisation. Même sanction pour l’actuel président Sepp Blatter.

Le Parisien-Aujourd’hui en France » semble avoir tranché en brandissant en Une un « carton rouge » à la face de Michel Platini. Dans son éditorial, Frédéric Vézard ne ménage pas l’ancien numéro dix en résumant l’affaire par cette « question essentielle »

Pourquoi, en février 2011, Michel Platini a-t-il accepté, sans aucune justification convaincante, 1,8 millions d’euros des mains de son ennemi Sepp Blatter ? »

Pour l’éditorialiste du « Parisien », « au pire, il a fauté par cupidité, au mieux par naïveté. Quelle que soit la réponse, il n’est déjà plus le dirigeant exemplaire dont le football mondial a tant besoin ». Pour « Le Dauphiné », c’est « la tuile » pour Platini.

Début du combat

Le site du magazine spécialisé « So Foot » explique certes que « Platoche pourrait tout de même se présenter » car « c’est à la commission électorale de la Fifa de décider si oui ou non, l’ancien 10 des Bleus pourra concourir à la tête de l’institution. Cependant, l’image du boss de l’UEFA, elle, prend un sacré coup ». Et de conclure :

Le vrai combat peut commencer. »

Pour « France Football », « malgré une ligne de défense offensive, Platini a perdu une grande partie de son crédit ». « La Fifa est une tueuse en série. Elle fait tomber ses têtes couronnées les unes après les autres avec un sang-froid et une minutie qui relèvent de la préméditation », commente Eric Champelsur le site du journal.

La presse replace en effet cette double suspension dans le contexte de la guerre sans merci que se livrent depuis des mois les dirigeants d’un foot mondial désormais en plein chaos.

C’est « règlement de comptes à OK Fifa », s’amuse Michel Bassi dans « L’Eclair des Pyrénées ». Pour « L’Alsace », Michel Platini a pris « un vilain tacle par derrière », « Libération » se faisant accusateur face à un « coup bas signé Blatter ». Dans les colonnes du quotidien, Grégory Schneider analyse :

Ce qui se cache derrière le rideau, c’est l’histoire d’un Platini que Blatter, qui a juré sa perte, aura mené à l’abattoir avec une maestria et une science du timing exceptionnelle. »

« Tombe avec moi », fait dire « L’Equipe » à Michel Platini en une. Même vision des choses en une de « Ouest France », qui titre « Blatter entraîne Platini dans la tourmente », et chez « Les Echos » :

Si Sepp Blatter avait voulu entraîner son successeur potentiel dans sa chute, les choses ne se seraient pas déroulées autrement… »

Ce que résume le dessinateur Chaunu dans « L’Union ». Il représente Michel Platini suspendu à une branche au-dessus du vide, Sepp Blatter accroché à ses crampons qui lui assure : «

Moi je ne te lâcherai pas »

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles