Santé sexuelle et reproductive des Jeunes : Un plaidoyer fort pour une meilleure prise en charge de leurs besoins

La question de la santé de la reproduction des adolescents et des jeunes ainsi que leurs droits sexuels posent problème. Raison pour laquelle, dans le cadre de la Journée internationale de la jeunesse , le Resopopdev a porté un plaidoyer fort pour une meilleure prise en charge des besoins de ces couches dans le domaine de l’accès aux services de santé sexuelle.

Les jeunes représentent la catégorie de la population dont l’épanouissement a souvent été compromis par le manque d’informations et l’inaccessibilité des services de santé sexuelle et de la reproduction. Cela est dû à plusieurs facteurs liés notamment par le contexte socioculturel au Sénégal.

Pour mettre fin à toutes ces disparités, les jeunes leaders, dans le cadre de la Journée internationale de la jeunesse sur le thème : « L’accès aux services et à l’information sur la santé de la reproduction pour une jeunesse saine et dans un espace de sécurité pour tous les jeunes », ont tenu hier une journée d’échange et de communication sur les barrières et contraintes liées à l’accès aux services de santé sexuelle et reproductive adaptés aux adolescents et jeunes. À laquelle, un fort plaidoyer pour une meilleure prise en charge des besoins de ces couches a été lancé, dans le cadre du Programme « Right Here Right Now ».

Ce programme intervient, selon Solange Mbaye, la coordonnatrice nationale, spécifiquement par rapport aux droits en santé sexuelle et reproductive pour les adolescents et les jeunes. « Sur le plan national, nous sommes sur une plateforme qui regroupe dix organisations, comme la Société civile qui est là pour le respect des droits en santé sexuelle et reproductive des adolescents et des jeunes, mais surtout pour une amélioration de l’accès aux services de l’information par rapport à la santé sexuelle », a-t-elle déclaré.

Cette dernière a fait savoir par ailleurs que cette justification sera entamée pour une meilleure connaissance et une meilleure compréhension de toutes les questions allant autour de l’adolescence. Mais aussi, en passant par la sensibilisation pour améliorer l’accès aux services qui sont adaptés aux jeunes.

« Nous avons des croyances socio-culturelles, la religion qui créent parfois une barrière. Raison pour laquelle, il faut communiquer et sensibiliser pour que les gens soient plus en même de comprendre que les temps ont évolués et que les jeunes puissent accéder à l’information sexuelle adaptée », a réaffirmé la coordonnatrice nationale du Programme RHRN. Pour Alima Dramé, secrétaire générale d’AfriYAN/Girls qui est une cellule qui cible les jeunes filles âgées de 15 à 24 ans, l’objectif du plaidoyer est de contribuer à la justice sociale pour les femmes et particulièrement les jeunes filles pour un changement de comportement. « Mais aussi, nous allons les aider à s’affirmer et à s’engager dans les combats sociaux qui les concernent », souligne-t-elle.

webmaster

Rédacteur

webmaster

à lire

Autres Articles