Santé en Afrique : Africa Business, Health Forum saisi par les dirigeants du secteur privé africain pour dessiner son trajet avec l’appui des chefs d’État africains

La première édition d’Africa Business : Health Forum, est un forum a été l’occasion de lancer la Coalition africaine des entreprises pour la santé (ABCHealth), une coalition d’entreprises et de philanthropes menée par le secteur privé qui fera front commun pour améliorer de manière positive les soins de santé d’une population africaine en croissance.

Les chefs d’entreprises et dirigeants du secteur public présents au Forum ont salué cette initiative qui va véritablement changer la donne pour l’amélioration du secteur de la santé en Afrique.

GBCHealth, la Fondation Aliko Dangote et la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique ont tenu conjointement, en marge du 32e Sommet de l’Union africaine, cette première édition d’Africa Business : Health Forum. L’événement a réuni des chefs de gouvernement et des dirigeants du monde des affaires qui ont fortement insisté sur une plus grande collaboration entre les secteurs privé et public en matière de santé.

Ceci a suscité de nombreux engagements de dirigeants du secteur public, notamment le Premier ministre éthiopien, S.E. Dr Abiy Ahmed ; le président du Botswana, S.E Mokgweetsi Masisi et le président de la république de Djibouti, S.E Ismaïl Omar Guelleh, ainsi que de chefs d’entreprise présents, pour un changement radical en matière de santé en Afrique.

A l’initiative de GBCHealth et de la Fondation Aliko Dangote, l’ABCHealth regroupera des champions du secteur privé engagés à améliorer le secteur de la santé en Afrique. Au-delà des « suspects habituels », un terme utilisé par Aigboje Aig-Imoukhuede pour parler des champions actuels de la santé, ABCHealth mobilisera une nouvelle génération de dirigeants d’entreprises africains soucieux de changer la réalité de l’Africain moyen en matière de santé.

Aigboje Aig-Imoukhuede, cofondateur d’ABCHealth et coprésident de GBCHealth, a déclaré : « seuls les partenariats aideront à résoudre les problèmes de santé auxquels le Continent est confronté. Les soins de santé en Afrique sont limités par le manque de fonds publics et le soutien limité des donateurs. Les dépenses des ménages représentent 36 % du total des dépenses de santé de l’Afrique. Compte tenu de notre niveau de revenus, il n’est pas surprenant que les dépenses de santé en Afrique soient totalement insuffisantes pour répondre aux besoins de l’Afrique, ce qui entraîne un déficit de financement de 66 milliards de nairas (182 millions de $US) par an ».

Dans ses notes, Aliko Dangote, président de la Fondation Aliko Dangote, a déclaré que l’Africa Business : Health Forum cherche à identifier les problèmes et les solutions aux défis de santé en Afrique, en vue de réussir le défi de la mondialisation pour y faire face. Halima Aliko-Dangote, directrice générale de la Fondation, a rapporté ces mots dans son allocution.

« Avec le lancement d’ABCHealth, les chefs d’entreprise peuvent désormais s’investir et contribuer directement à une Afrique saine et prospère, cela grâce à la collaboration et des partenariats commerciaux. Ce qui sera d’une part un bien social et d’autre part un potentiel de profit ; nous mènerons ainsi une action réelle et durable à travers l’Afrique », a ajouté Dangote.

Pour sa part, Vera Songwe, Secrétaire exécutive de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA) et co-organisatrice du Forum, a déclaré : « une Afrique en bonne santé est une Afrique productive ; une Afrique productive est une Afrique prospère. Les dépenses de santé restent largement insuffisantes pour répondre aux besoins croissants en soins de santé et l’Afrique dispose d’un déficit de financement à cet égard d’au moins 66 milliards de dollars par an ».

Citant les conclusions du rapport « Croissance économique en Afrique » publié lors du Forum, Vera Songwe a ajouté : « seuls deux pays (l’Algérie et la Namibie) consacrent plus de 5 % de leur PIB à la santé et les paiements directs restent extrêmement élevés. Le rapport nous montre à quel point l’investissement dans la santé peut avoir un impact économique ».

Les représentants de gouvernements, les chefs d’entreprise et d’autres acteurs clés des secteurs public et privé ont également réaffirmé leur ferme volonté de fournir des soins de qualité à tous les citoyens africains.

Pour appuyer les objectifs du Forum, le Président du Botswana, M. Masisi, a déclaré que la mobilisation des compétences, des ressources financières et des innovations contribueront grandement à améliorer les soins de santé en Afrique. Cela a été réaffirmé par le président de la république de Djibouti qui a déclaré : « aucun pays ne peut amorcer son développement économique sans une population physiquement, mentalement et socialement en forme », réaffirmant ainsi que la santé est un moteur économique majeur.

Dans ses propos, Michel Sidibé, Directeur exécutif de l’ONUSIDA, a également déclaré : « atteindre nos objectifs en matière de santé n’est pas une question de volonté politique, c’est une question de choix politique – nous voulons entendre : « je ferai ce qu’il faut et mettrai mon argent ici, dans la santé ».

Didier Drogba, le footballeur légendaire, qui, par le biais de sa fondation, facilite l’accès des populations vulnérables à la santé et à l’éducation, a eu des propos forts au Forum. « Marquer beaucoup de buts lors de la finale de la ligue des champions ne peut pas être comparé au fait d’aider un seul enfant à avoir une meilleure chance dans la vie ».

Le Forum a également eu trois sessions parallèles sur les partenariats public-privé, la mobilisation nationale de fonds pour la santé et la transformation du paysage de la santé, la recherche et l’innovation dans le domaine de la santé.

Le cofondateur d’ABCHealth, Aig-Imoukhuede, a clos le Forum avec un vibrant appel à l’action. « Les Africains doivent jouer leur rôle dans cette lutte pour que les résultats en matière de santé soient aussi équilibrés dans cette partie du monde qu’ailleurs. Les Africains n’ont pas le choix, il n’y a pas d’alternative et nous devons nous assurer de régler le problème de la santé en Afrique ». Il a demandé aux dirigeants des secteurs public et privé de faire connaître leurs engagements et de se joindre à l’ABCHEalth pour créer une histoire pour le bien de l’Afrique. Il a également remercié les co-sponsors du Forum, Zenith Bank et Access Bank, pour leur soutien.

Oumou Khaïry NDIAYE
à lire

Autres Articles