Saint-Louis : l’opposition a aussi manifesté tirant sur le régime de Macky Sall

Une marche du Front démocratique et social de résistance nationale (FDSRN) s’est tenue vendredi à travers différents artères de Saint-Louis (nord), pour « exiger la libération de Khalifa Sall » et demander « la validation de la candidature de Karim Wade » à la prochaine présidentielle.

Différents leaders locaux de l’opposition se sont succédé au micro, pour appeler « les forces vives » du Sénégal à se mobiliser et « exiger » du régime en place des solutions aux préoccupations des populations sénégalaises dans des domaines tels que la santé, l’éducation et l’accès à l’eau, nous dit l’APS.

Ils ont fait observer que Dakar, la capitale sénégalaise, de même que « plusieurs autres régions du pays » se trouvent confrontées à des problèmes d’approvisionnement en liquide précieux.

S’adressant aux journalistes à cette occasion, le coordonnateur du FDSRN dans le département de Saint-Louis, Moustapha Diouf, a souligné que les leaders locaux de l’opposition ont marché à l’instar de leurs camarades de Dakar, « pour dénoncer le recul démocratique » noté selon eux au Sénégal.

Selon toujours l’APS, ils ont également voulu dénoncer, par cette marche, « l’emprisonnement des responsables de l’opposition », en référence à Karim Wade et Khalifa Sall, condamnés à 6 et 5 ans de prison respectivement pour enrichissement illicite et escroquerie aux deniers publics.

Selon M. Diouf, l’opposition « n’acceptera pas le parrainage, dont le seul objectif est d’écarter de potentiels candidats qui pourraient valablement faire face à Macky Sall », le locataire actuel du palais de la République.

Le Front démocratique et social de résistance nationale, de la même manière, dit fustiger « l’appel au dialogue maquillé » ainsi que « la précipitation » dans la signature de contrats pétroliers, dans le but de « dilapider les ressources du pays », a ajouté son coordonnateur départemental.

Il rappelle que les partis concernés demandent « la désignation d’une autorité consensuelle pouvant prendre en charge les prochaines élections présidentielles de 2019 ».

Dieyna SENE
à lire

Autres Articles