Saint-Louis : Bar, prostitution, bagarres et agressions près d’une mosquée irritent les populations de Pikine Taak Diaminar

Les valeurs religieuses et coutumières, socles de la Ville tricentenaire de Saint-Louis sont en train de crouler sous le poids d’un laisser-aller inqualifiable sous le silence assourdissant et coupable de l’autorité préfectorale; pourtant censée garantir la sécurité et la quiétude des populations.

A cet effet, une lettre ouverte a été envoyée au préfet de Saint-Louis par le représentant des jeunes, en l’occurrence, Serigne Modou Thiam pour déplorer cette cohabitation contre nature entre ledit bar et le lieu de culte du quartier, avant d’inviter le représentant de l’Etat à mettre un terme à cette confusion.

En effet, il s’agit de l’ouverture d’un bar dans les locaux de l’ancienne pharmacie à l’enseigne «La Pikinoise» sis dans le quartier de Pikine Taak Diaminaar. Pis, invraisemblable que cela puisse paraitre, le bar en question fait face à une mosquée et une école coranique.

Selon le signataire de la lettre, les tenants du bar  n’ont aucun respect pour les fidèles qui fréquentent la mosquée. Il en veut pour preuve la musique, les échanges de propos aigres-doux, les agressions durant certaines heures de prière. De plus, l’implantation de ce bar à proximité d’un lieu de culte ne fait qu’exposer la jeunesse de Pikine Diaminaar à toutes formes de vices dont la drogue, l’alcool, la prostitution etc.

Dans ce lieu de «débauche»  la pollution sonore, les bagarres et autres agressions ont fini d’indisposer la population de cette localité, notamment les jeunes. Ces derniers courroucés par cette situation qui perdure ont décidé de croiser le fer avec les tenants du bar si rien n’est fait par les autorités administratives de la vieille ville.

Faute de quoi, les jeunes du quartier et les acteurs sociaux ont promis de sonner la mobilisation pour une descente musclée sur ledit site si le préfet ne rappelle pas les mis en cause à l’ordre ou s’il ne ferme pas tout simplement cet endroit qu’ils considèrent comme un lieu de débauche.

Dieyna SENE
à lire

Autres Articles