Revue de presse : l’insulteur Assane Diouf à la une de la presse sénégalaise

Assane Diouf, qui insultait publiquement des autorités et des célébrités via l’Internet, rapatrié des Etats-Unis dans la nuit du mardi à mercredi avec 16 autres Sénégalais, s’offre la Une des quotidiens sénégalais.

«Affaire Assane Diouf : Le Procureur prend son temps. Une fois au Sénégal, l’Etat a décidé de le laisser rentrer tranquillement chez lui», explique EnQuête.

Dans ce journal, Me Baba Diop affirme que M. Diouf risque jusqu’à 7 ans ferme pour le délit d’injures publiques via Internet.

Selon L’As, «l’Etat laisse passer Assane Diouf». «Parmi les 17 Sénégalais expulsés des Etats-Unis pour séjour illégal-Pourquoi Assane Diouf n’a pas été arrêté à Dakar», explique Le Témoin. Nos confrères indiquent que le président considère l’insulteur comme un épiphénomène.

Expliquant que le mis en cause a été cueilli sur le Tarmac de l’aéroport et exfiltré en toute discrétion, Libération constate qu’ «Assane Diouf (a été) partazé (Sic) par la Bip».

Le journal souligne qu’il a été pis en charge par la police d’élite à bord d’une voiture banalisée.

«Le taré du Web est sous le coup d’une enquête criminelle pour apologie du terrorisme, appel  à l’insurrection, outrage au Chef de l’Etat et aux institutions, troubles à l’dore public, et injures publiques», informe Libération.

Dans Vox Populi, «l’avocat d’Assane Diouf, Me El Hadj Diouf avertit l’Etat» et le prend pour responsable de tout ce qui arrivera à son client.

Constatant une 3ème vague d’expulsés des USA en 14 mois, Le Quotidien estime que «l’ouragan Trump s’abat sur les Sénégalais».

En politique, Sud Quotidien note : «Gouvernement et Assemblée nationale : Dionne rempile, Niasse au perchoir».

Pour Walfadjri, pour la présidence de l’Assemblée nationale, «la succession de Niasse (est) en question». Nos confrères la qualifient d’une patate chaude filée d’entre les mains de Macky Sall.

Suite aux fortes précipitations, Le Soleil et en exergue ces «nouvelles mesures pour soulager les victimes des inondations». «Lutte contre les inondations : L’Etat creuse un canal de 2,5 milliards», écrit Le Quotidien.

Oumou Khaïry NDIAYE
à lire

Autres Articles