Retour sur la visite plus que mouvementée de Macky à l’UCAD

Visite mouvementée du président hier à l’Ucad. Faut dire que SMS y a passé un… «Sall» quart  d’heure qui est  d’ailleurs toujours resté en travers de la gorge de ses proches. Pour dire qu’au Palais, c’est la colère après l’expression… de la colère des étudiants.

D’autant plus qu’ils  avaient vu le coup venir. Nos capteurs renseignent que SMS a payé cher son courage politique pour ne pas dire sa témérité. Parce qu’il avait été dissuadé par nombre de ses proches d’aller à l’Ucad en cette période de surchauffe.

Mais il a refusé de se plier face aux craintes de son entourage pour aller écouter et parler aux étudiants. Une rencontre qui a finalement été très désagréable.

Les renseignements généraux aussi très  critiqués
Les défaillances des services de renseignements sont également pointées du doigt au Palais où on ne comprend pas pourquoi ils n’ont pas senti le sens du vent et sa force.

D’autant plus que les choses étaient clairement annoncées et publiquement par les étudiants libéraux. Avant-hier, des responsables du Meel avaient prévenu qu’ils réserveraient une surprise au Président, estimant que sa venue était une visite purement politique.

Ils relevaient des problèmes qui renseignaient du degré de tension qui couvait chez les étudiants. 50% des étudiants ont perdu leurs bourses disaient-ils déplorant que l’enquête sur la mort de Bassirou Faye piétinait depuis presque un an.

A cela, il faut ajouter le secrétaire général de leur structure Victor Diouf actuellement en prison. Autant de facteurs qui devaient mettre la puce à l’oreille. Mais il n’y avait pas que les étudiants libéraux qui avaient des raisons de manifester. Beaucoup d’autres étudiants étaient en colère non contre le Président , mais contre leur ministre de tutelle, impopulaire chez eux, faut le dire, à cause des réformes universitaires qu’il a initiées. La preuve par la suite…

Hameth Suzanne Camara essuie des jets de pierre
Et ce n’est certainement pas Hamath Suzanne Kamara qui nous démentira, lui qui a essuyé des jets de pierre d’étudiants libéraux à hauteur du Pavillon, qui l’ont amené à Ardo.

D’ailleurs, le Coordonnateur adjoint du Réseau des enseignants de l’Apr a été évacué à l’hôpital où il a reçu des soins.

Un autre responsable «apériste» qui a eu plus de chance que Suzanne Kamara, c’est bien le tonitruant député Me Djibril War. Mais, si ce dernier s’en est sorti indemne, c’est parce qu’il a surtout dérouté les insurgés.

Me Djibril War reçoit sa part des huées
Malgré l’atmosphère très tendue et la dissuasion des forces de sécurité, le directeur de l’Ecole du parti Apr a surpris plus d’un. Il a eu la témérité de parcourir à pied le long trajet, bordé, de part et d’autre, par une foule d’étudiants surexcités.

Passée la surprise, les étudiants ont commencé, selon nos capteurs, à lui lancer des huées et des chahuts. Mais, imperturbable, Me War, sourire aux lèvres, de les saluer de la main.

Source  »Populaire »

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles