Reportage équilibré pour des élections paisibles (Acte 4): les instruments juridiques d’une bonne gouvernance des élections

Pour un reportage équilibré pour des élections paisibles, il existe des instruments juridiques d’une bonne gouvernance des élections. Sur ce volet, une communication a porté sur les instruments juridiques en matière de gouvernance démocratique des élections, via un panel présenté par la commissaire électorale sierra-léonaise Mme Miatta French.

Parmi ces nombreux instruments, Mme French a notamment cité la Déclaration universelle des droits de l’homme, la Convention internationale de 1966 sur les droits humains, la Convention de 1952 sur les droits politiques des femmes, la Déclaration de Hararé et le Protocole de la CEDEAO sur la prévention des conflits.

Elle a tenu à souligner que ces instruments juridiques garantissent l’égalité des citoyens, la liberté d’opinion et d’expression. Car ils offrent aussi le droit de vote aux hommes et aux femmes et préconisent que les femmes soient prises en compte dans les fonctions électives et nominatives jusqu’au plus haut niveau sans aucune forme de discrimination.

« Ces instruments assurent aussi des élections libres et transparentes, affichent une tolérance zéro face aux pouvoirs obtenus de façon anticonstitutionnelles et recommandent l’indépendance des commissions électorales nationales », a ajouté Mme Miatta French.

Dans sa deuxième communication,  Mme Miatta French s’est accentué  sur les différentes étapes du processus électoral qui sont la phase préélectorale, la phase électorale et la phase post-électorale.

C’est ainsi que la commissaire a invité les journalistes à s’intéresser en période préélectorale au budget électoral, au déploiement de la logistique, au recrutement du personnel, à l’enregistrement  des partis et à l’inscription des électeurs. Les médias doivent aussi se concentrer sur l’éducation des électeurs, l’accréditation des observateurs, la formation des responsables électoraux.

En période électorale, selon Mme French, les médias doivent prendre en compte, la campagne électorale, la désignation des candidats, les opérations de vote, les résultats officiels, les plaintes et les recours.

L’après élection concerne surtout les audits, les réformes, les renforcements institutionnel et professionnel.

Fara Michel Dièye

webmaster

Rédacteur

webmaster

à lire

Autres Articles