Reportage équilibré pour des élections paisibles –Acte 2 : La nécessité de mieux outiller un « quatrième pouvoir »

La nécessité de renforcer les capacités des journalistes et communicants, souvent décrits comme le quatrième pouvoir, derrière celui de l’exécutif, du parlementaire et judiciaire, est parti du constat que dans de nombreux cas, le reportage, compte tenu de la passion, dissocie difficilement ce qu’il faut relayer ou non, ce qui peut même parfois conduire à des actions en justice.

Alors comment améliorer ce cadre professionnel, faire des échanges, exprimer les défis rencontrés afin d’améliorer les reportages et le traitement de l’actualité électorale ? Comment corriger les imperfections qui reviennent presque année après année ? Comment comprendre les instruments juridiques, pouvoir les relayer dans un langage accessible aux populations ?

Sans oublier un point essentiel qui se pose en défi aux médias : les questions liées médias sociaux, dont les avantages sont décrits comme «énormes et stimulants», mais sur lesquels pèsent la menace de fausses informations pouvant mener vers des tensions pré ou postélectorales.

Voilà entre autres points le pourquoi de cette nécessité de renforcement exprimée…

A suivre…

Fara Michel Dièye

webmaster

Rédacteur

webmaster

à lire

Autres Articles