Réponse à la surexploitation des ressources halieutiques Vers la reconversion des pêcheurs grâce à l’appui de PRAO-Sénégal

Le ministre de la pêche et des affaires maritimes, M. Omar Guèye, en compagnie de Mme Vera Songwe, directrice des opérations de la banque mondiale pour le Sénégal, a inauguré la semaine dernière, la ferme avicole de Mbodienne, la ferme d’embouche bovine intensive de Pointe Sarène.Dans ce cadre, le projet régional des pêches en Afrique de l’Ouest (PRAO-Sénégal), s’est signalé par son appui à la reconversion des pêcheurs pour diminuer la surexploitation des ressources halieutiques.

Toutes ces infrastructures visent à orienter les pêcheurs habitant ces localités vers d’autres activités génératrices de revenus autres que la pêche.

D’après le ministre de la pêche, le PRAO-Sénégal vise à rendre le secteur de la pêche plus vital à travers la réalisation d’importants ouvrages et infrastructures, ainsi que la mise en œuvre des réformes sectorielles nécessaires pour relever les défis de la pêche à savoir la pêche illicite, non déclarée et non règlementée et la surcapacité de pêche et la gouvernance centralisée.

« Le PRAO-Sénégal s’est plus distingué dans la gestion durable des ressources halieutiques et la réhabilitation des écosystèmes marins côtiers, deux axes qui constituent la clé de voûte de son intervention », dira le ministre.

« Le PRAO s’est distingué dans la préservation des ressources et dans la construction d’infrastructures. Il a mis en place un fonds de micro-crédit de 500 millions pour la reconversion des pêcheurs. La construction de la ferme avicole et de la ferme d’embouche bovine s’inscrit dans ce cadre. C’est un investissement de 80 millions de francs CFA. Si les pêcheurs arrivent à avoir d’autres sources de revenus, cela allait diminuer la pression exercée sur la ressource », a expliqué M. Omar Gueye le ministre de la pêche, en marge de la cérémonie.

le PRAO-Sénégal se fixe comme objectifs de renforcer les capacités du Sénégal dans les domaines de la bonne gouvernance des pêches, de la lutte contre la pêche illégale, et de l’accroissement de la valeur ajoutée locale des produits halieutiques. Le projet se veut un important instrument d’appui à la mise en œuvre de la Lettre de Politique Sectorielle de la Pêche et de l’Aquaculture.

A propos de la Ferme Avicole, le ministre de la pêche note que c’est un important investissement de 85 millions de F CFA et elle devrait permettre aux bénéficiaires de s’adonner efficacement à une activité alternative génératrice de revenus pour compenser les pertes consécutives à leur retrait de la pêche.

Il a aussi ajouté que les revenus qui seront générés par la ferme avicole devront financer des actions sociales bien ciblées de lutte contre la pauvreté en direction de la communauté, notamment des familles et ménages de pêcheurs les plus vulnérables face aux mesures de gestion durable des ressources halieutiques.

A Pointe Sarène, la ferme d’embouche bovine intensive, se fixe pour objectif de générer des revenus pouvant être utilisés par le comité local de pêche (CLP), notamment à la fin du projet, pour assurer l’autofinancement des initiatives locales de cogestion des pêcheries artisanales mises en œuvre sur le site.

« L’objectif de la structure qu’elle dirige, est de renforcer les capacités du pays dans le cadre de la bonne gouvernance des pêches, a expliqué la coordonnatrice de PRAO-Sénégal », Mme  Mariama Dalanda Barry.

Saër Dial

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles