Rencontre entre A. Daouda Diallo et l’Opposition Ces positions figées qui n’ont abouti à rien de bon

Ça devait être une rencontre au cours de laquelle le ministre de l’Intérieur allait communiquer aux différentes parties (majorité, et opposition réunie au sein de Manko Wattu Senegal) les décisions arrêtées  par le président de la République suite aux échanges qu’il a eus avec les deux pôles de la classe politique.

C’est du moins ce qu’avait souhaité Abdoulaye Daouda Diallo qui voulait faire part à tout le monde de l’avancée dans la mise en œuvre des points ayant fait l’objet de consensus. Mais à l’arrivée, aucune des deux parties n’a participé à la réunion, pour des motifs différents.

D’abord l’opposition. Celle-ci n’a pas pris part aux travaux parce qu’elle ne souhaite pas partager la même table que la majorité présidentielle pour des échanges contradictoires sur le processus électoral.

Le ministre l’a révélé hier lors d’un point de presse après la rencontre avortée.

D’après la tutelle, les plénipotentiaires de Manko ont déclaré qu’ils n’avaient pas mandat pour discuter de quelque point que ce soit. Ils ont donc voulu tout juste connaître les points retenus pour ensuite se retirer. Toujours est-il que la presse elle, n’a pas vu les mandataires de l’opposition. D’ailleurs, l’on se demande par quelle porte ils sont passés.

Une fois son tête-à-tête terminé avec l’opposition, le ministre s’est présenté à la salle pour proposer l’ordre du jour. Alors qu’il s’apprêtait à développer, il s’est fait couper par Ousmane Badiane de la Ligue démocratique.

‘’Monsieur le ministre, vous ne nous avez pas permis de donner notre appréciation de l’ordre du  jour. Et puis, nous ne savons pas qui est convié. Je voudrais vous rappeler que ce qui engage les acteurs, c’est l’ensemble des questions discutées avec tous les acteurs’’, interpelle-t-il.

Immédiatement, il a été soutenu par Benoît Sambou qui s’est dit porte-parole de la coalition. D’après ce responsable de l’Alliance pour la République (Apr), l’opposition, en refusant de s’asseoir autour de la table, est en train de rompre le consensus. Selon lui, les différentes parties devaient se retrouver autour du ministre, parce qu’elles sont d’égale dignité.

‘’Nous constatons que l’opposition refuse d’être à table. Nous souhaiterions revoir le format’’, objecte-t-il. S’ensuit alors un dialogue entre deux camps qui ne parlent plus le même langage.

Répondre par un acte politique

Alors que Abdoulaye Daouda Diallo essaie de faire comprendre que son objectif est juste de partager les informations avec tous les acteurs, les autres essaient de lui faire comprendre qu’en tant que ministre de l’Intérieur, il a accordé trop de faveurs à l’opposition ; à la limite, il a cédé. De leur point de vue, la tutelle est en rupture de légalité dès l’instant qu’elle n’a pas accordé le même traitement à toutes les parties. ‘’L’opposition à toujours demandé un ministre de l’Intérieur neutre. Vous vous devez d’être neutre. Ne penchez pas de l’autre côté’’, apostrophe Zahra Iyane Thiam.

En fait, les mandataires de la majorité pensent que Manko Wattu Sénégal a posé un acte politique, en refusant de discuter avec le ministre et les autres partis, pour n’avoir comme interlocuteur que le chef de l’Etat. À leur tour, ils se décident de poser un autre acte politique en réponse à celui de leur vis-à-vis. ‘’Certes, vous représentez l’Administration, mais nous, nous sommes une coalition politique. Et nous n’accepterons pas que Manko rompe le consensus et disloque le cadre d’échanges’’, prévient Benoît Sambou.

Face au refus du camp présidentiel d’écouter le ministre sans l’autre partie, la séance a été levée, malgré les protestations de Bruno D’Erneville.

Ce dernier qui se dit chef de parti et parmi les non-alignés a dit à la tutelle que l’opposition ne se limite pas à Manko. Il y a une autre frange qui est dans la salle et bien décidée à écouter les informations que le ministre est venu livrer. Il a invité d’ailleurs Abdoulaye Daouda Diallo à ne pas se faire dicter son agenda par les autres. Mais apparemment, sa voix a été trop peu représentative pour être prise en compte. Et la séance fut levée.

Source Enqueteplus.com

Oumou Khaïry NDIAYE
à lire

Autres Articles