Référendum Pourquoi l’ancien P.M Abdoul Mbaye vote « Non »…

Abdoul Mbaye, l’ancien Premier ministre de Macky Sall appelle à l’annulation pure et simple du référendum du 20 mars –
MES RAISONS DE VOTER NON
Parce que la Constitution de mon pays ne mérite pas d’être modifiée une énième fois, dans la précipitation, en cours de période de révision des listes électorales, avec une procédure budgétaire d’exception, et sans délai suffisant pour permettre d’en expliquer les raisons au peuple souverain appelé à s’exprimer.
Aussi  parce  qu’il  faut  faire  prendre  conscience  à  nos  dirigeants  politiques  d’aujourd’hui  et de demain le respect qu’ils doivent à notre loi fondamentale.
Le 16 mars 2012, pendant l’entre-­‐deux  tours, le candidat Macky Sall, arrivé en deuxième position derrière le Président-­‐sortant avec 26,58 % des voix, a fait au peuple sénégalais une promesse inédite dans l’histoire politique des nations : celle de réduire la durée du mandat présidentiel et de l’appliquer à son propre mandat, s’il était élu. La fierté s’est ajoutée aux raisons de mon choix de le soutenir.

Cette promesse a, sans aucun doute, fait basculer les votes de nombreux sénégalais en sa faveur. Il remporta largement l’élection présidentielle, ralliant la totalité des électeurs des candidats éliminés au premier tour.
Cette  promesse  de  candidat  est  devenue  un  engagement  de  Chef  d’Etat  réaffirmé  à plusieurs reprises, devant les Sénégalais, lors d’une interview dans un média international et devant d’éminents dirigeants de pays partenaires du Sénégal.
Malheureusement, cet engagement qui recueille l’assentiment de nombreux citoyens et partis  politiques,  et  qui  aurait  pu  être  mis  en  œuvre  sans  tarder  dès  après  l’élection présidentielle, a été passé aux oubliettes pendant quatre ans.
C’est seulement le 31 décembre 2015, que le Président Macky Sall a décidé, conformément à l’article 27 de la Constitution, de soumettre à un référendum la modification appropriée de la constitution et de recueillir au préalable sur le projet de réforme constitutionnelle « l’avis du  Président  de  l’Assemblée  nationale  et  du  Conseil  constitutionnel »,  conformément  à l’article 51 de ladite constitution. Ledit projet de réforme constitutionnelle comporte 15 chapitres et 22 articles, mais le seul et unique point qui a focalisé l’attention de l’opinion nationale et internationale reste la réduction du mandat présidentiel et son application au mandat en cours du Président Macky Sall.
Le  Conseil  a  dans  son  avis  indiqué  que  l’application  de  la  durée  de  cinq  années  n’est  pas applicable au mandat en cours du Président Macky Sall.

Des multitudes de questions
Comme  beaucoup  de  sénégalais,  je  ne  peux  manquer  de  me  poser  une  multitude  de
questions :
-­ Pourquoi  avoir  attendu  quatre  années  pour  tenter  de  tenir  laborieusement  une promesse électorale devenue engagement présidentiel martelé urbi et orbi ?
-­ Pourquoi  avoir  attendu  quatre  années  pour  informer  le  peuple  sénégalais  que l’engagement  présidentiel,  maintes  fois  réaffirmé,  est  soumis  à  l’autorisation préalable du Conseil Constitutionnel ?
-­ Pourquoi  n’avoir  pas  dit  plus  tôt  que  dans  cette  affaire  le  Président  est  simplement initiateur et que le Conseil Constitutionnel est le vrai décideur ?
‐ Mais surtout, pourquoi, une fois l’avis du Conseil Constitutionnel donné et qu’il n’y a plus d’urgence, cette précipitation soudaine et injustifiée à organiser un référendum dans un délai d’un mois à peine?
La décision étant prise d’aller au référendum, il appartient à chaque citoyen de prendre position en toute liberté : en votant « oui », « non » ou « blanc » ou en s’abstenant.

Annuler un scrutin que rien ne justifie, voici pourquoi…

Pour ma part, j’ai choisi de rendre publique ma position. Elle est à deux temps.
Le premier temps : je conseille au Président de la République d’annuler le scrutin du 20 mars 2016, que rien ne justifie.
Le référendum, surtout à une date si proche, ne se justifie plus pour plusieurs raisons: D’abord,  parce  que  le  seul  article  qui  rendait  un  référendum  obligatoire,  aux  yeux  des spécialistes du droit constitutionnel, est la révision de la durée du mandat du Président de la République.
Cette révision-­‐ci était le cœur de la réforme constitutionnelle envisagée, parce que la seule chargée  de  symbole  politique  fort ;  le  symbole  d’un  retour  à  une  pratique  politique vertueuse ;    le    symbole    d’un    Chef    d’Etat    faisant    preuve    de    suffisamment    de désintéressement pour réduire la durée de son mandat, de son seul gré ; le symbole d’un Président de la République immunisé contre la drogue du pouvoir pour le pouvoir.
Aujourd’hui, la révision du mandat du Président de la République est en très grande partie vidée de sa substance, ou du moins, de ce qui faisait du référendum une œuvre urgente. La prochaine élection présidentielle se tenant en février 2019, rien ne peut justifier la tenue dans la précipitation d’un référendum avec autant de points (15 chapitres, 22 articles et ayant nécessité 15 pages d’avis du Conseil Constitutionnel), engloutissant plusieurs milliards de nos ressources rares, sans donner le temps à la campagne, celle du oui et celle du non, de se déployer.
Toutes les autres réformes, dont l’importance de certaines ne fait pas doute, ne nécessitent pas de référendum et peuvent être soumises dans la sérénité aux députés, représentants du peuple.  Pourquoi  donc  dépenser  des  milliards,  si  on  peut,  pour  ces  autres  questions, presque toutes très techniques, utiliser la voie parlementaire, celle des représentants du peuple. Disons-­‐le clairement, le référendum, outil de démocratie directe, n’est adapté ni à des questions complexes, ni à des questions multiples. Nous savons aussi qu’il a souvent été utilisé dans certains pays qui en ont la pratique, pour court-­‐circuiter les représentants du peuple.
La démocratie, fût-­‐elle directe, exige une période d’explication et de campagne. Après près de quatre années consacrées à concevoir ce projet, peut-­‐on raisonnablement penser que la période d’un mois est suffisante pour expliquer le « oui », le « non » à tous nos concitoyens du Sénégal et de l’extérieur ? Non, mille fois non !
Une autre raison, pratique et de fond, justifie l’annulation du référendum du 20 mars 2016. C’est celle des listes électorales. Il me semble que nous soyons dans la période de révision ordinaire des listes électorales ; est-­‐il  logique de convoquer un référendum sans que la campagne de révision ordinaire ne soit terminée, sans que les cartes d’électeurs ne puissent être distribuées dans les délais légaux, surtout lorsqu’aucune urgence absolue ne le justifie ?


Par conséquent, je propose clairement :

-­ L’annulation du référendum du 20 mars 2016 ;
-­ La tenue d’un référendum sur la durée du mandat du Président de la République en 2017 le jour des élections législatives ; encore une fois, rien ne presse sur cette question, étant donné que la réduction de durée ne s’applique pas au mandat en cours. Nous aurons ainsi économisé de précieux milliards et énormément de temps à consacrer à une vraie émergence économique, plutôt qu’à une campagne référendaire, sans aucun doute, inutile. D’ici là, exigeons qu’on nous rende notre « scrutin  majoritaire  à  deux  tours »,  explicitement  précisé  à  l’article  26  de  la constitution actuelle. Il n’a pas échappé aux Sénégalais que le projet de révision de l’article 26 soumis au Conseil Constitutionnel omet curieusement le nombre de tours de l’élection présidentielle. La sagesse populaire nous ayant enseigné que deux précautions valent mieux qu’une, le scrutin majoritaire à un tour étant pratiqué dans certains pays africains (Togo et Cameroun), levons toute équivoque et ne tentons par les esprits malins.
-­ Soumettre toutes les autres questions au vote de l’assemblée nationale. Dans une démocratie représentative, et la nôtre en est une, c’est le rôle de l’assemblée nationale.
Le second temps : Que faire, si mon conseil n’est pas entendu et que malgré tout le référendum se tienne ?
Je le dirai clairement après les considérations ci-­‐après.
Le projet de révision qui nous est soumis comporte des avancées louables, des insuffisances notoires et des oublis criants.
Pour ce qui est des avancées louables, il est à noter :
-­ La  reconnaissance  de  nouveaux  droits  aux  citoyens  et  le  renforcement  de  la citoyenneté par la consécration de devoirs du citoyen ;
-­ Le renforcement des droits de l’opposition et de son Chef ;
-­ La représentation des Sénégalais de l’Extérieur par des députés à eux dédiés ;
– L’élargissement des pouvoirs de l’Assemblée nationale en matière de contrôle de l’action gouvernementale et d’évaluation des politiques publiques ;
-­ La désignation par le Président de l’Assemblée nationale de certains des membres du Conseil constitutionnel ;
-­ La  soumission  au  Conseil  constitutionnel  des  lois  organiques  pour  contrôle  de constitutionnalité avant leur promulgation et l’élargissement de ses compétences pour donner des avis et connaître des exceptions d’inconstitutionnalité soulevées devant la Cour d’appel.
Mais, répétons-­‐le, aucune de ces questions ne justifie la tenue d’un référendum. Dans tout autre pays, l’insertion de ces points dans la Constitution aurait été soumise au Parlement. Faisons-­‐le !
Au delà de l’inopportunité de cette consultation, je ne peux manquer de m’interroger sur l’urgence de créer un Haut Conseil des Collectivités Territoriales et son introduction parmi les institutions de la République, lorsqu’on a constaté les ratés et insuffisances de notre politique de décentralisation. Non, l’urgence n’est ni à la création d’une institution nouvelle dont on sait peu de choses, sauf qu’elle sera budgétivore, ni à la résurrection d’un sénat supprimé en 2012. L’urgence est à la correction des insuffisances et ratés de notre politique de décentralisation, et à une réflexion sérieuse sur l’architecture administrative de notre pays.
Aussi bonne que soit la volonté de mettre fin à la prérogative du Président de la République de nommer seul les membres du Conseil Constitutionnel, je ne vois pas la nécessité de faire passer le nombre des membres de cinq à sept.

N’aurait-­‐il pas été plus judicieux d’en rester à cinq membres et de faire nommer deux des cinq par le Président de l’Assemblée Nationale ? Ne perdons pas de vue l’utilisation rigoureuse, vertueuse et sobre des deniers de l’Etat. Rappelons aussi qu’ils sont neuf juges en France pour 66 millions d’habitants, également neuf aux Etats-­‐Unis  pour 320 millions d’habitants, et que la population sénégalaise est de 13,5 millions d’habitants.

Source Seneplus.com

Fara Michel DIEYE

Rédacteur

Fara Michel DIEYE

Co-fondateur du site Lactuacho.com, Fara Michel DIEYE jouit de plus de 18 années d’exercice dans la profession du journalisme et de la communication. Il a été notamment Rédacteur en chef du site d’information Dakaractu.com et de l’hebdomadaire Espace Magazine, et Directeur de la Rédaction du Quotidien Rewmi et de l’hebdomadaire économique Ecofi. En savoir plus >>

à lire

Autres Articles