Référendum Ces insuffisances qu’il fallait réparer et ces propositions à tenir en compter, selon Abdoul Mbaye

Une  révision  sérieuse  de  la  constitution  aurait  pu  être  l’occasion  de  réparer certaines insuffisances  de  notre  Loi  Fondamentale  et  prendre  en  compte  certaines  des propositions de la Commission Nationale de Réforme des Institutions (CNRI) qui fut mise en place par le Président de la République. Je n’en citerai que quelques-unes :
1) Extension de la déclaration de patrimoine prévue pour le Président de la République à l’article 37 de la Constitution actuelle aux Ministres, aux membres du bureau de l’Assemblée, aux hauts fonctionnaires ;
2)   Déclaration de patrimoine du Président de la république à la fin de son mandat ; Pouvoir au conseil constitutionnel de contrôler celle-­‐ci et celle faite en début de mandat ;
3)   Interdiction aux ascendants, descendants, collatéraux au premier degré́, ou conjoints de succéder ou assurer la suppléance du Président de la République ;
4)   Incompatibilité de la fonction de Président de la République avec l’appartenance à toute assemblée élective nationale ou locale ainsi qu’avec l’exercice de toute autre fonction, publique ou privée ;
5)   Limitation du nombre de ministres à vingt-­‐cinq et limitation du titre et prérogatives de Ministre aux seuls membres du Gouvernement;
6)   Saisine  du  Conseil  constitutionnel  par  un  nombre  significatif  de  citoyens  car aujourd’hui seuls le Président de la République et des députés peuvent le saisir.
7) Présidence du Conseil supérieur de la Magistrature par le Président du Conseil Constitutionnel pour   aider   à   construire   une   véritable   indépendance   de   notre magistrature;
8) Élargissement du cercle des personnalités désignant les membres de la cour constitutionnelle.
Mais au-dessus de tout ce qui précède, se trouve « la mère de toutes les considérations » : la prise en compte du caractère fondamental de notre Loi Fondamentale. Soyez indulgent pour la répétition.
La constitution d’un pays est une chose suffisamment sérieuse pour que sa révision obéisse à un processus suffisamment long et suffisamment inclusif. Ce n’est pas seulement l’affaire de chefs de partis ou de professionnels de la politique.

C’est l’affaire des citoyens, hommes et femmes, riches et pauvres, forts et faibles. Ils ont droit à un débat contradictoire et à des explications détaillées sur les motivations et les objectifs des réformes proposées. Les hommes politiques doivent être les premiers à avoir un respect révérenciel pour le caractère fondamental de la constitution et l’inculquer à leurs militants et sympathisants. L’objectif recherché doit consister à éviter des révisions trop fréquentes.
Cette réflexion sérieuse et ce débat contradictoire, nous ne les avons pas eus dans ce projet de révision constitutionnelle. Rien ne presse. Donnons-­‐nous le temps du débat, le temps de décider  sans  engager  des  dépenses  électorales  injustifiées,  le  temps  d’avoir  des  listes électorales qui ne souffriront pas de contestation, le temps d’avoir une proposition de réforme de la constitution faisant réellement avancer la démocratie et l’Etat de droit au Sénégal.
Pour moi, la route vers des réformes sérieuses et plus complètes, vers le principe de sérieux qui doit être la marque de notre constitution passe par un NON à la proposition qui nous est faite.

Un NON pour crier haut et fort notre exigence de sérieux et de rigueur. Un NON du 20 mars par les urnes, plutôt qu’un NON du 23 juin par les pierres. C’est la voie de notre citoyenneté retrouvée ! C’est la voie du salut

Abdoul MBAYE Économiste – Ancien Premier ministre

Source Sénéplus

Fara Michel DIEYE

Rédacteur

Fara Michel DIEYE

Co-fondateur du site Lactuacho.com, Fara Michel DIEYE jouit de plus de 18 années d’exercice dans la profession du journalisme et de la communication. Il a été notamment Rédacteur en chef du site d’information Dakaractu.com et de l’hebdomadaire Espace Magazine, et Directeur de la Rédaction du Quotidien Rewmi et de l’hebdomadaire économique Ecofi. En savoir plus >>

à lire

Autres Articles