Recherche de ferraille en banlieue Le dur quotidien des garçons collecteurs

De plus en plus, de jeunes garçons sillonnent les quartiers de la banlieue à la recherche de ferraille. Avec leur sac en bandoulière, ils fouillent les poubelles à la recherche de vieux  ventilateurs  et toutes sortes de métaux.

Ils se lèvent tôt le matin pour marcher jusqu’au soir à la recherche de ces métaux. Après leur collecte, ils revendent leurs produits à des sommes modiques.

Les adultes, eux,  circulent avec des charrettes ou « pousse-pousse » à la recherche de ferraille. Ils investissent les maisons en démolition pour récupérer du matériel usagé ferraille avec tous les dangers que cela comporte.

« Depuis ce matin, je fais le tour des quartiers à la recherche de ferraille. Parfois, j’entre  dans les maisons pour demander des vieux ventilos ou autres matériels en fer. Nous allons revendre la ferraille parfois à 1000 F CFA et parfois 2000 F CFA. J’habite à Thiaroye et nous sommes un groupe de cinq à faire tous les jours le tour des quartiers. Nous allons jusqu’aux Parcelles Assainies pour ramasser des pots de canettes vides », raconte Bachir.

Habillées presque en haillons, ces jeunes choisissent l’ombre d’un arbre pour déposer leur sac plein de métal   en vue de se reposer un peu.

« Nous avons quitté Thiaroye depuis 7 heures pour pouvoir ramasser le maximum. Aujourd’hui, la collecte est bonne. Peut-être nous pouvons avoir 6000 F Cfa après la vente. Maintenant les charretiers et les propriétaires font aussi de la collecte de ferraille. Ils nous concurrence », souligne Racine très fatigué.

Mody, un troisième gosse de dire : «  Nous avons quitté l’école depuis très longtemps. Maintenant nous faisons de la collecte de ferraille pour subvenir à nos besoins. Nous gardons l’argent  des ventes pendant une semaine pour ensuite faire le partage. Dés fois, en fin de semaine, on peut se retrouver avec 2500 F et voir même plus ».

Ce qui est frappant chez les enfants, c’est l’esprit de solidarité qui les anime.

Ces enfants qui ne sont pas à l’abri des accidents… 

Durant la collecte de ferraille, certains enfants perdent même la vie. Lorsque les maisons où l’autoroute à péage devait  passer, sont détruites, il y a des dalles qui se sont effondrées sur des enfants qui cherchaient de la ferraille dans ces lieux.

« A Pikine, les dalles des maisons détruites pour le passage de l’autoroute à péage ont tué presque beaucoup d’enfants qui cherchaient de la ferraille. Un de nos compagnons est mort là-bas. C’est au moment où nous sommes entrés dans la maison que la dalle s’est effondrée et moi j’ai eu un bras cassé avec des égratignures. Cependant mon ami n’a pas eu la chance de s’en sortir, il est mort écrasé. Depuis ce jour, nous avons choisi de fouiller dans les poubelles à travers le quartier », raconte un homme.

Ces enfants affrontent au quotidien froid et faim pour chercher de la ferraille. Et pourtant à ce moment précis, leurs semblables sont à l’école. Ils sont confrontés à des difficultés multiples. Parfois, on les traite de voleurs.

« Nous nous méfions des maisons sinon, on nous prend pour des voleurs. Un jour, je suis entré dans une maison pour demander de la ferraille mais ils m’ont sévèrement battu en me traitant de voleur. Ce jour-là, j’ai abandonné toutes mes affaires là-bas. La collecte de ferraille est une activité à risque bien qu’elle nous permet d’avoir un peu d’argent », avance un jeune collecteur.

Ce jeune estime que les acheteurs de ferraille leur proposent des sommes modiques à prendre ou à laisser.

« Les gens qui achètent la ferraille nous proposent de modiques sommes d’argent. Ils nous disent si vous voulez, vous prenez et au cas échéant, vous partez. Comme nous ne voulons pas faire tout ce chemin sans rien, nous acceptons », martèle un jeune, habitant Pikine Guinaw Rail.

Charretiers et propriétaires de pousse-pousse s’adonnent à la collecte

A côté de ces jeunes, les charretiers et les propriétaires font aussi le tour des quartiers pour la collecte.

« Nous ne fouillons pas les poubelles, nous faisons uniquement le tour des quartiers pour demander si les gens ont des vieux métaux chez eux pour nous les offrir. On fait la collecte le matin pour aller les produits le soir. Nous ne concurrencions pas les enfants. Eux, ils vont dans les poubelles pour fouiller. Les propriétaires de pousse-pousse font aussi le tour des quartiers et des poubelles pour récupérer de la ferraille composée de vieux ordinateurs, de vieux ventilos et autres matériels en métal », raconte un charretier.

Selon le charretier, ils ont un lieu de collecte et sur le lieu, il y a d’autres gens qui mettent le produit dans les sacs avant d’aller vendre les produits.

Aujourd’hui, cette activité occupe les jeunes, les adultes qui font le tour de la banlieue pour chercher des vieux matériels en ferraille. Et elle constitue leur gagne-pain.

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles