Rapport 2015 de la Banque mondiale sur le genre : Les stigmatisations, entraves et obstacles résistent toujours

Les obstacles juridiques à l’avancement économique des femmes sont très répandus, les excluant de certains emplois, ce qui limite leur accès au crédit, et les laissant sans protection contre la violence dans de nombreux pays à travers le monde, affirme que les femmes du Groupe de la Banque mondiale, les entreprises et le rapport loi 2016, publié hier mercredi.

Le rapport, qui examine les lois qui entravent l’emploi et l’entrepreneuriat des femmes, constate que les femmes confrontées à des restrictions d’emploi dans 100 des 173 pays suivis.

Par exemple, les femmes sont empêchées de travailler dans certains emplois dans les usines dans 41 pays.  Dans 29 économies, elles ne sont pas autorisées à travailler de nuit; et dans 18 économies, elles ne peuvent pas obtenir un emploi sans la permission de leur mari.

Chez les hommes moins d’un tiers ont un congé parental, ce qui limite la capacité des hommes à partager les responsabilités parentales. Dans 30 économies, les femmes mariées ne peuvent pas choisir où vivre et elles sont légalement tenues d’obéir à leurs maris.

Ceux-ci et une gamme d’autres disparités révélées  par le rapport ont des conséquences profondes, affectant négativement non seulement les femmes elles-mêmes, mais leurs enfants, de leurs communautés et les économies de leurs pays. Le rapport compte près de 950 cas d’inégalité de genre, de moins de 7 indicateurs.

« C’est  une grave injustice lorsque les sociétés imposent des restrictions juridiques sur la capacité des femmes d’obtenir un emploi, ou de participer à la vie économique des femmes -. Comme les hommes – méritent toutes les chances de réaliser leur potentiel, peu importe où ils vivent.  Ces restrictions sont également mauvaise économie. . Les femmes représentent plus de la moitié de la population mondiale, nous ne pouvons pas nous permettre de laisser leur potentiel inexploité -. soit parce que les lois ne parviennent pas à protéger les femmes contre la violence, ou les exclure des possibilités financières, la propriété de biens ou de professions « , a déclaré le président du Groupe de la Banque mondiale Jim Yong Kim.

«Lorsque les femmes peuvent travailler, de gérer les revenus et les entreprises dirigées, les avantages dépassent de loin le niveau individuel – les enfants, les communautés et des économies entières Nous ne nous reposerons tant que les femmes n’auront pas de peins droits économiques partout.».

Le Rapport note aussi une faible  égalité juridique entre hommes et femmes. Moins de filles fréquentent les écoles secondaires, moins de femmes travaillent ou ont la gestion d’entreprises, et un écart salarial entre les sexes dits supérieurs sont notés.

«  Lorsque les lois ne prévoient pas de protection contre la violence domestique, les femmes sont susceptibles d’avoir une durée de vie plus courte. Mais là où les gouvernements soutiennent la garde des enfants, les femmes sont plus susceptibles d’être employées » notent le rapport.

Fara Michel DIEYE

Rédacteur

Fara Michel DIEYE

Co-fondateur du site Lactuacho.com, Fara Michel DIEYE jouit de plus de 18 années d’exercice dans la profession du journalisme et de la communication. Il a été notamment Rédacteur en chef du site d’information Dakaractu.com et de l’hebdomadaire Espace Magazine, et Directeur de la Rédaction du Quotidien Rewmi et de l’hebdomadaire économique Ecofi. En savoir plus >>

à lire

Autres Articles