Quartier Diamaguène : le jeune Sall attrait à la barre pour avoir ciblé, vole et terrorisé une famille

Agé seulement d’une vingtaine d’années, il est déjà une terreur pour les populations de cette commune.Issa Sall est un jeune qui habite Diamaguène sur la route de rufisque. Selon les faits relayés par nos confrères du quotidien « Le Témoin », non seulement, il s’adonne aux vols mais encore il ne se prive pas d’injurier certaines personnes qui ont l’âge de son père. C’est le cas de Mamadou Niang qui l’a attrait à la barre du tribunal de Pikine.

Face à la cour, Issa Sall a reconnu les faits à lui reprochés. Selon le prévenu, il n’a pas commis de violence vis-à-vis de la partie civile. Voici les échanges tels que rapportés par nos confrères :

« A chaque fois que je passe devant chez lui, ses enfants me taxent de voleur et de bandit. Ce que je n’apprécie pas. Car cela me met trop en colère. Et pour éviter de commettre des bévues, je me fais violence pour ne pas réagir. C’est pourquoi, je suis allé me plaindre auprès de lui afin qu’il dissuade ses enfants de me tenir des propos désobligeants. Lui-même n’a voulu rien comprendre car il m’a traité de voleur avant de me chasser de sa maison » a expliqué la jeune terreur à la barre.

Faux, rétorque Mamadou Niang. « Le 22 septembre 2016, il est venu chez moi et s’est emparé du portable de ma fille qui avait réussi son bac. Je suis allé rendre visite à son père afin qu’il raisonne son fils pour qu’il me rende le portable. Mais il n’a pas voulu s’exécuter. Une autre fois, en mai 2018, il est venu chez moi pour m’insulter soutenant que mes enfants le traitent de voleur à chaque fois qu’il passe devant la maison ».

Entre-temps, selon toujours le plaignant, le prévenu aurait commis un vol qui a entraîné son emprisonnement à Rebeuss. Vers la fin du mois de janvier, Mamadou Niang le croise un jour en sortant de la mosquée et Issa Sall l’aurait attaqué en l’abreuvant d’injures.

Etant allé se plaindre auprès du père du délinquant, il s’est vu rabrouer par son interlocuteur qui l’a accusé d’avoir manigancé pour mettre son fils en prison.

« Alors que je pensais que c’en était fini de ses incartades, il (Ndlr, le prévenu) est revenu chez moi pour déverser un torrent d’insultes à mon encontre. C’est à partir de cet instant que les choses ont dégénéré. Mon jeune frère l’a tabassé avant de le jeter dehors. Le lendemain de cet incident, je suis parti à la police de Sicap Mbao pour rédiger une plainte. Je voudrais qu’il me laisse en paix Monsieur le Président » a déclaré Mamadou Niang. Il a sollicité des dommages et intérêts de 40 000 FCFA.

D’après le journal, Madame le procureur a requis l’application de la loi et le délibéré est fixé au 14 mars prochain.

Dieyna SENE
à lire

Autres Articles