Quand l’Etat perd volontairement 300 milliards FCFA par an au profit des riches

La rencontre entre le syndicat autonome des travailleurs des impôts et domaines (SAID) et la presse a mis à nu des pratiques étatiques qui ont de quoi donner le vertige aux pauvres  »Gorgorlou » (débrouillards) sénégalais qui souvent ne savent plus ou donner de la tête, la queue du diable ayant disparu depuis belle lurette.

Selon leur secrétaire général de ce syndicat, l’Etat se  »sabre » volontairement 300 milliards ou plus de francs FCA en exonérations d’impôts ou en grâces pour des pratiques frauduleusement dont certaines grosses pointes sont épinglées.

En perte fiscale volontaire, le Sénégal se prive annuellement plusieurs milliards, dont une infime partie aurait pu apaiser le front social, non seulement au niveau de l’enseignement, mais aussi de la Santé et booster l’agriculture, un pilier essentiel de notre économie, a-t-il souligné.

Selon le syndicaliste El Hadji Seydi, même le port qui brasse des milliards par mois, a été gracié en 2015 de 8 milliards de FCFA.

Il en est de même pour des entreprises de télécommunications très liquides, mais aussi des médias où il suffit de suivre son regard pour comprendre qu’il parlait de quelque chose du genre  »Groupe Futur immédiat ».

Selon un autre syndicaliste, avec plus de rigueur, le fameux Budget national de 3000 milliards peut être porté à 3500, voire même 4000 milliards de nos francs.

Et les conditions de vie du pauvre Sénégalais pourraient même être fortement améliorées, rajoute votre site lactuacho.com.

 

Fara Michel DIEYE

Rédacteur

Fara Michel DIEYE

Co-fondateur du site Lactuacho.com, Fara Michel DIEYE jouit de plus de 18 années d’exercice dans la profession du journalisme et de la communication. Il a été notamment Rédacteur en chef du site d’information Dakaractu.com et de l’hebdomadaire Espace Magazine, et Directeur de la Rédaction du Quotidien Rewmi et de l’hebdomadaire économique Ecofi. En savoir plus >>

à lire

Autres Articles