Protection des populations contre les accidents chimiques industriels, l’UE appuie le Sénégal à hauteur de 6,3 milliards FCFA

L’Union Européenne  appuie à hauteur  de 6,3 milliards FCFA  le Sénégal pour la protection de la population contre les accidents chimiques industriels. Ils  ont procédé au lancement d’un projet régional visant à réduire les risques de catastrophes liées à un certain type d’installations chimiques classées.

 

Cette action a pour objectif premier d’aboutir à la mise en place, au niveau de chacun des 8 pays d’Afrique de l’Ouest et Centrale participant, d’un mécanisme de prévention d’accidents sur les installations classées. Et le projet cherche aussi à renforcer la capacité des équipes d’intervention pour réagir rapidement et efficacement en cas d’incidents afin de protéger la santé humaine et l’environnement.

L’UE révèle qu’enfin, un troisième volet vise à renforcer les capacités des autorités à assurer une reprise rapide des activités, notamment économiques.

« Le lancement de ce projet succède immédiatement au démarrage de la deuxième phase d’une autre action régionale sur la gestion des déchets chimiques et biologiques et précède l’organisation d’une formation des primo-intervenants dans le cadre d’une troisième initiative. Avec un budget total de 9,6 millions EUR (6,3 milliards FCFA), ces trois projets régionaux se complètent pour apporter une réponse globale aux besoins en matière de protection civile et de l’environnement », explique la source.

L’UE précise que ces activités s’inscrivent dans le cadre d’une initiative plus large de l’UE dite des « Centres d’Excellence pour la réduction des risques chimiques, biologiques, radiologiques, et nucléaires » (NRBC).

«  cette action de portée mondiale qui regroupe 52 pays autour de 8 bureaux régionaux cherche à renforcer la coordination politique et opérationnelle dans ce domaine. Faisant figure de pionnier, le Sénégal fait partie depuis novembre 2011 du centre régional pour la façade atlantique africaine qui comprend désormais 7 autres pays.

D’après l’UE, Il a déjà bénéficié de 13 projets régionaux sur des aspects divers de la problématique NRBC tel que le renforcement du cadre juridique, la détection des matériaux suspects, le contrôle aux frontières, le suivi des substances à double usage », renseigne le communiqué.

 

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles