Production arachidière Plus de 990.000 tonnes recueillies pour la campagne agricole 2016/2017

Malgré la mauvaise pluviométrie constatée cette année, le Dr. Papa Abdoulaye Seck, ministre de l’Agriculture et de l’Equipement  a indiqué que les  chiffres définitifs  font  état de 991. 427 tonnes d’arachides produites pour la campagne  agricole 2016/2017.

Il  répondait aux différentes interpellations  des conseillers vendredi dernier à Dakar lors de son passage devant  de la commission du Développement Rural  pour  une validation du projet sur « la commercialisation de l’arachide ».

«Nous  sommes  actuellement  à  229 000 T exportées. Par conséquent , si nous faisons  la moyenne  des deux dernières  années ,on constate que nous  avons  un volume  de production qui est supérieur à 1 million de tonnes », a-t-il  expliqué .

D’après  le ministre, cette moyenne leur  permet en termes de volume d’exportations de constater qu’ils sont à plus de 200.000 T, un niveau, dira-t-il  « jamais  égalé dans notre pays et on avait un objectif de 100.000 T ». Il est autorisé de dire avec force et conviction que la filière arachidière sénégalaise est loin d’être en déclin. Elle n’est pas en régression mais plutôt  en renaissance.

« Nous étions à 175 F le kg  en 2012, nous sommes à aujourd’hui à 210  F le kg, soit une progression  de 20%. Il  faut  tout faire  pour qu’il ait une bonne corrélation entre les prix et les revenus  et cela passe par  une  commercialisation efficace », a-t-il soutenu .

Pour  le  président  de la commission du développement rural, M. Ndane  Diouf, l’arachide  est  un facteur de croissance  économique  pour le Sénégal, une raison qu’ils ont jugée nécessaire pour le passage du ministre  de l’Agriculture  afin de  discuter de la commercialisation  de l’arachide.

Autre fait, selon le ministre, actuellement, les prix  aux producteurs  tournent   au tour  de 230 à  300 F contre 210 qui est  le prix officiel. Mais s’agissant le débat sur  la  qualité  des  semences distribuées, le ministre a attiré   l’attention  des  conseillers : « On utilise au Sénégal 125 000T de semences.

Les 75.000 T constituent  le circuit officiel et les 50.000 T constituent le marché parallèle ». Et de s’interroger : « Quand on parle de  mauvaise qualité, il faut savoir de quelles semences parte-t-on ? ». Parlant toujours  de semences, le ministre est catégorique : « avoir 100%  de semences certifiées n’existe pas et celles écrémées ne disparaitront jamais ».

En effet, ce projet d’avis propose des recommandations en vue d’une bonne  mise en œuvre  de la prochaine campagne de commercialisation arachidière 2017/2018.

Oumou Khaïry NDIAYE
à lire

Autres Articles