Problèmes liés à la transhumance et à la sécurité : la CEDEAO et le Nigéria renouvellent leurs efforts pour y apporter des solutions

Le président de la Commission de la CEDEAO, Marcel de Souza, a rencontré le général Abdurahman Danbazou, ministre nigérian de l’Intérieur, et son équipe à la Commission de la CEDEAO à Abuja. L’impératif est lié à la nature complexe du problème de la transhumance, les affrontements incessants entre éleveurs et agriculteurs, avec l’apparition de poches de traite qui ont provoqué une vague accrue de mouvements de bétail vers les zones côtières de la région.

 

 

« Et si les éleveurs se déplacent avec les armes à un moment où il y a un nombre réduit de terres arables, cela a une implication sérieuse sur la sécurité. Alors que c’est la Commission de la CEDEAO qui réglemente le mouvement des armes en Afrique de l’Ouest « , a indiqué le président de la Commission de la CEDEAO.

Dans le communiqué parvenu à www.lactuacho.com et issu de ces échanges, le Président de Souza a déploré le faible engagement des gouvernements nationaux des Etats envers le protocole de la CEDEAO sur la Transhumance où les parties au conflit ne sont pas au courant des dispositions du Protocole concernant les corridors qui offrent des possibilités de pâturage.

Ainsi avec l’accord de la partie nigériane, une conférence interministérielle de haut niveau sera convoquée au cours du mois de février 2018 pour trouver des solutions à l’amiable aux problèmes. Cette réunion interministérielle avec les ministères appropriés sera soutenue par des personnes focales désignées de leur côté ainsi que par la direction de la Commission de la CEDEAO.

Du côté nigérian, en déclarant sa mission à la Commission plus tôt, le général Danbazou a affirmé que les dimensions de la sécurité régionale étaient devenues très préoccupantes avec les affrontements entre Herder et les agriculteurs qui ont lieu parallèlement aux attentats terroristes.

Il a indiqué que le gouvernement du Nigeria cherchait un soutien collaboratif pour s’attaquer aux moteurs des activités transfrontalières dangereuses qui étaient identifiées comme la prolifération des armes légères et de petit calibre.

« Les affrontements entre éleveurs de bovins et agriculteurs ont tendance à être plus fréquents au Nigeria en raison de sa taille et de sa population. Nous pensons que nous et la CEDEAO devrions nous unir pour regarder la dimension plus large. Nous avons besoin de stabilité dans la région, d’où la proposition de cette conférence de haut niveau d’examiner, entre autres, la dimension écologique telle que la désertification et le projet « , a ajouté le ministre.

 

Le Commissaire au commerce, aux douanes et à la libre circulation de la CEDEAO, M. Laouali Chaibou, a affirmé que le problème de la Transhumance touchait presque tous les pays d’Afrique de l’Ouest, tout en notant que les corridors créés par le Protocole sur La transhumance a été bloquée. Il a soutenu que, bien que le trafic d’armes entre les deux pays ait aggravé la situation, la mise en œuvre des lois régionales par les États membres pose maintenant un défi encore plus grand.

Selon toujours le communiqué, le président de la Commission de la CEDEAO a été soutenu par le vice-président Edward Singhatey, commissaires et directeurs de la CEDEAO tandis que l’équipe du ministre Danbazou comprenait le commandant général du Corps de défense civile nigérian Muhammadu Gana, un représentant du ministère de l’Agriculture et des chefs de l’immigration.

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles