Prise en compte des jeunes dans les politiques publiques: Un livre blanc pour retracer les préoccupations de la jeunesse

Dans le but de diagnostiquer toutes les difficultés de la jeunesse sénégalaise dans la quête de l’emploi, malgré toutes les politiques mise en place par le gouvernement et qui tardent à prendre forme, un livre blanc vient de voir le jour. Mis en œuvre par la « Génération Y », ce document retrace l’ensemble des préoccupations de la jeunesse, toute en la proposant des solutions.

C’est une première dans l’histoire politique du Sénégal qu’un livre blanc retraçant l’ensemble des préoccupations de la jeunesse, tout en proposant des solutions vient de voir le jour au Sénégal. L’initiative est de « Génération Y »qui est un mouvement créé il y a deux ans. D’aprés Ibrahima Ngom, docteur en Droit public et président de la commission innovation et stratégie de la « Génération Y », le livre blanc est le fruit d’un long processus, parce qu’allant depuis la lettre ouverte de Boubacar Camara à la jeunesse suivie des répondants.

« 8 panels étaient organisés et un sanctionnant le livre blanc, retrace l’ensemble des préoccupations de la jeunesse. Sur le contenu, il y a 45 recommandations sur des thématiques bien déterminées notamment l’identité de la jeunesse, jeunesse dans le monde, dans la société et une thématique portant sur jeunesse et emploi », explique-t-il.

Ce livre a pour rôle de faire comprendre la jeunesse qu’il est temps que leur avenir soit pris en compte par les politiques publiques. Pour ce dernier, il sera présenté aux autorités publiques et privées également afin qu’elles s’imprègnent du travail abattu. « C’est un livre qui intéresse tous les jeunes notamment ceux qui sont dans le monde rural et urbain, tout en proposant aussi des solutions », a-t-il fait savoir. Revenant sur les raisons de sa création, ce dernier de s’expliquer : « Le travail fait par l’État du Sénégal n’est pas exhaustif pour recaser tous les jeunes. Raison pour laquelle, nous avons instauré ce livre pour contrer au pouvoir public que le livre blanc constitue un document stratégique très important pour les autorités que la jeunesse sénégalaise ».

M. Ngom de rajouter : « Aujourd’hui, il y a une inadéquation entre la formation et l’emploi. Donc fondamentalement, il nous faut revoir les maquettes dispensées dans les universités et les écoles de formation ».

Pour ce qui est l’identité de la jeunesse, souligne le docteur en droit public, « il faut que l’on instaure dans le système éducatif sénégalais des bandes dessinées qui retracent les hommes et les faits marquant l’histoire afin de faire comprendre à la jeunesse qu’ils ont des repères dans ce pays ». Avant de conclure : « Il est fondamental, que les jeunes comprennent que si vous ne réussissez pas socialement, vous ne serez pas pris en compte ». Il s’exprimait lors de l’Assemblée générale de ce mouvement tenue à Dakar.

Mansour Seck, deuxième vice-président chargé des finances du Mouvement « Génération Y », cette organisation compte actuellement 2 500 membres sur tout le territoire national. Il a trois objectifs, à savoir : La quête de la réussite sociale des jeunes à travers l’éducation, la formation professionnelle et universitaire et l’éclosion des talents. Mais aussi, il s’agit de construire une plateforme intergénérationnelle entre les jeunes et les moins jeunes et enfin la prise en compte de la dimension jeunesse dans toutes les politiques publiques. Ce mouvement, d’après M. Seck, a organisé des formations pour les jeunes en entreprenariat et en leadership.

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles