Présumée ingérence russe dans la présidentielle américaine : les premières accusations déposées sous scellées

Un grand jury fédéral à Washington a approuvé vendredi les premières accusations dans l’enquête menée par l’avocat spécial Robert Mueller sur l’ingérence présumée de la Russie à l’élection présidentielle américaine de 2016, a indiqué à Reuters une source bien informée à ce sujet. Le dépôt des accusations scellées a été signalé pour la première fois par CNN.

Les agences de renseignement américaines ont conclu en janvier que la Russie s’était ingérée dans les élections pour tenter d’aider le président Donald Trump à défaire la candidate démocrate Hillary Clinton par une campagne de piratage et de publication de courriels embarrassants et à diffuser de la propagande via les médias sociaux pour discréditer sa campagne.

L’avocat spécial Robert Mueller, un ancien directeur du Federal Bureau of Investigation, enquête pour savoir si les responsables de la campagne de Trump ont été complices de ces efforts russes.

«Si l’avocat spécial le juge nécessaire et approprié, il est autorisé à poursuivre les crimes fédéraux découlant de l’enquête sur ces questions», a déclaré le sous-procureur général Rod Rosenstein dans une lettre du 17 mai nommant Mueller.

Des sources proches de l’enquête menée Mueller ont indiqué qu’il a utilisé cette large autorité pour poursuivre des transactions financières entre certains aides de Trump et des gouvernements étrangers, y compris la Russie et la Turquie, ainsi que le blanchiment d’argent, l’évasion fiscale et d’autres crimes financiers.

Peter Carr, un porte-parole de Mueller, a refusé de commenter à Reuters ce rapport annoncé par CNN vendredi.

Trump, un républicain qui a été élu président en novembre dernier, a démenti les allégations selon lesquelles sa campagne aurait été de connivence avec les Russes et a condamné les enquêtes sur l’affaire comme une chasse aux sorcières.

Le Kremlin a nié les allégations.

Mueller a été nommé par le ministère de la Justice en mai pour mener l’enquête après que Trump a congédié le directeur du FBI, James Comey, qui menait une enquête fédérale sur une éventuelle collusion avec la Russie.

En juillet, des agents du FBI ont fouillé la maison de Virginie de l’ancien directeur de campagne de Trump, Paul Manafort, dont les activités financières et immobilières ainsi que les travaux antérieurs d’un parti politique pro-russe en Ukraine sont étudiés par l’équipe de Mueller.

La sonde de Mueller inclut également un effort pour déterminer si le président ou l’un de ses aides a essayé d’obstruer la justice dans l’enquête. Ainsi l’équipe de Mueller a mené des entretiens approfondis avec l’ancien chef d’état-major de la Maison-Blanche, Reince Priebus, l’ancien porte-parole Sean Spicer et d’autres dirigeants actuels et anciens de la Maison Blanche.

Trump a attiré la critique quand il a renvoyé Comey en mai. Il a d’abord dit qu’il s’était séparé de Comey parce que sa direction du FBI était inadéquate et heurtait le moral, mais dans une interview ultérieure avec NBC il a cité « cette chose de la Russie » comme sa raison.

Lactuacho.com avec cnbc.com  

Pape Ismaïla CAMARA
à lire

Autres Articles