Presse écrite : Des journaux boycottent le Sénégal et la Côte-d’Ivoire et indexent l’incapacité des distributeurs

Au Sénégal et en Côte d’Ivoire, la distribution de la presse écrite internationale a été suspendue par Presstalis. D’après les premières informations, cette situation résulte de l’incapacité des distributeurs locaux à honorer leurs impayés auprès du groupe de distribution français.

Edipresse et ADP en particulier doivent respectivement 190 millions de francs CFA et 105 millions de francs CFA, à Presstalis.

« Nous avons décidé le 21 décembre de suspendre la distribution de toute la presse internationale au Sénégal et en Côte d’Ivoire, tant qu’Edipresse et ADP n’honoreront pas leurs impayés. Les montants en jeu sont tellement importants que ce n’est plus tenable.», explique Carine Nevejans, directrice de l’international du groupe Presstalis, dans des propos rapportés par Jeune Afrique.

Le magazine justement fait partie des médias qui ne sont plus accessibles au Sénégal et en Côte d’Ivoire.

Bertrand Holl, directeur général de Edipresse, assure que le processus de paiement des dettes de son entreprise envers Presstalis, a été enclenché.

En attendant, Edipresse subit la décision du groupe français et ne reçoit plus de presse étrangère depuis le 22 décembre. La suspension ferait perdre au distributeur local 25 millions de Fcfa par semaine.

Ecofin

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles