Présomptions de crimes économiques : Pas d’immunité pour Grace Mugabe, l’ancienne première dame du Zimbabwe

Le président zimbabwéen, Emmerson Mnangagwa, a déclaré mercredi ne pas avoir accordé l’immunité à Grace Mugabe, assurant que le statut politique de l’ex-Première dame ne la protègerait pas d’une arrestation pour des crimes économiques qu’elle aurait commis.

S’exprimant dans une interview diffusée mercredi en direct du Forum économique mondial de Davos en Suisse, Mnangagwa a déclaré que son gouvernement n’avait accordé aucune immunité, pas même pour Grace Mugabe.

Il a indiqué que l’ancien président Mugabe et son épouse continueraient à bénéficier des avantages de l’Etat, notamment une résidence officielle, du personnel de sécurité et un voyage en première classe à Singapour pour des traitements médicaux.

« Mais nous ne disons pas que si quelqu’un commet un crime, son ancien statut empêchera la police de régler ce problème », a-t-il déclaré en réponse à la question de savoir si Grace Mugabe serait autorisée à passer pour pertes et profits les crimes économiques qui lui sont attribués durant le magistère de son époux.

L’ancienne Première dame a été accusée de s’approprier des terres de fermiers blancs et noirs, dans le but de se construire un empire commercial.

Elle a également été accusée d’avoir volé des diamants dans les mines de Chiadzwa, dans l’est du Zimbabwe.

Source APA

Oumou Khaïry NDIAYE
à lire

Autres Articles