Présidentielle togolaise : Le chef de la mission d’Observation de la CEDEAO ratisse large

En prélude à l’élection présidentielle togolaise prévue samedi 25 avril 2015, le chef de la mission d’observation électorale de la CEDEAO, le Pr Amos Sawyer, a rencontré hier mercredi 22 avril 2015, à Lomé plusieurs acteurs et partenaires du processus électoral avec qui il a évoqué les voies et moyens d’assurer un scrutin libre, transparent et pacifique.

Selon le communiqué parvenu à notre rédaction, arrivé la veille au soir, l’ancien président intérimaire du Libéria vient prendre la tête de la délégation de 100 ressortissants des Etats de la sous-région constituée par l’organisation régionale pour superviser cette joute électorale mettant en lice plusieurs candidats, parmi lesquels le chef de l’Etat sortant, Faure Gnassingbé.

Deux jours avant, le lundi 20 avril, le président en exercice de la CEDEAO et chef de l’Etat du Ghana, John Dramani Mahama, accompagné du président de la Commission, Kadré Désiré Ouédraogo, avaient effectué une visite à Lomé, la seconde en moins de deux mois, pour aider à renforcer les engagements des acteurs politiques et des candidats au scrutin.

Afin d’arriver à des élections apaisées à l’issue de la présidentielle de samedi, le Pr Sawyer, accompagné d’une délégation d’experts des départements des Affaires politiques et de l’Alerte précoce de la CEDEAO, a d’abord eu une séance de travail avec le président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), Taffa Tabiou.

Il s’est ensuite rendu au siège de la représentation de l’Union européenne (UE) à Lomé où il a eu avec le chef de délégation, Nicolas Berlanga, un échange approfondi sur les différentes formes de collaboration entre les missions d’observation déployées à travers le pays et sur leur contribution au succès de l’élection, selon toujours le communiqué.

Outre la CEDEAO et l’UE, parmi les autres institutions ayant envoyé des observateurs figurent notamment l’Union africaine (UA), les Nations unies, l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), Gorée Institute et diverses autres ONG et structures de la société civile.

« Dans les discussions avec ses différents interlocuteurs, le Pr Sawyer, tout comme le président Mahama quelques jours avant lui, a sans cesse mis l’accent sur le nécessaire consensus autour du processus électoral, son caractère inclusif, la participation citoyenne et la transparence du scrutin. Il a également appelé les parties prenantes à respecter les résultats qui seront issus du scrutin tels que proclamés par la CENI en conformité avec la loi, tout en les exhortant à faire preuve de retenue, à privilégier la recherche du consensus et à ne recourir qu’aux seules voies légales en cas de contestation », souligne le document.

Après avoir plaidé pour que les médias se gardent de publier des résultats avant que la seule structure habilitée à le faire ne se prononce officiellement conformément aux lois et règlements en vigueur, Amos Sawyer a rendu un vibrant hommage au peuple et aux acteurs politiques du Togo pour l’esprit pacifique qu’ils ont manifesté jusqu’ici

Dieyna SENE
à lire

Autres Articles