Premier Ministre, Mohamed Boune Abdallah Dionne : « L’aquaculture est le secteur d’avenir pour l’Afrique »

En marge de la cérémonie d’ouverture de la deuxième édition du salon maritime de Dakar, le Premier ministre, Mohamed Boune Abdallah Dionne invite les acteurs à s’impliquer sur l’aquaculture qui est un secteur d’avenir.

« Le choix de la région de Sédhiou comme pôle aquacole du Sénégal constitue une déclinaison de cette nouvelle vision politique, basée sur des avantages comparatifs territoriaux. J’invite les partenaires publics et privés à s’impliquer, afin d’accompagner le Gouvernement car l’aquaculture est le secteur d’avenir pour l’Afrique, surtout, au sud du Sahara », souligne le PM en marge de la cérémonie.

D’après le Premier ministre, au Sénégal, le secteur de la Pêche et de l’Economie maritime, joue un rôle socio-économique très important. Et le segment de la pêche occupe près de 17% de la population active, contribue pour 2% au PIB, assure 75% des apports en protéines d’origine animale aux populations avec une consommation nationale per capita estimée à 26kg par an, contre une moyenne mondiale établie par la FAO à 16kg/habitant/an.
« Avec 718 km de côte sur l’océan Atlantique, 212 000 km2 de territoire maritime et 3478 km de cours d’eau intérieur, le secteur de la Pêche et des Affaires maritimes, occupe une place primordiale dans l’économie du Sénégal », dira le PM.
Selon le PM, en ce qui concerne la pêche artisanale, le Président de la République avait pris d’importantes décisions parmi lesquelles : la subvention pour l’achat de 5000 moteurs pour un montant de 5 milliards de CFA à raison de 1.000.000 de FCA pour chaque moteur acheté ; la construction de quais de pêche modernes à l’image de Soumbédioune, Yoff, Point Saréne, Ngaparou. La mise à disposition d’un stock de vingt mille (20.000) gilets pour la sécurité des pêcheurs en mer ; la construction des aires de transformation pour les femmes transformatrices à l’image de Bargny, Ngoxou Mbacc, Fass-Boye ; l’exonération de tout le matériel de pêche y compris le carburant ; la construction de 19 complexes frigorifiques pour un montant de 10 milliards.
« Le SMD, qui se veut une vitrine de dialogue et de coopération multiformes de promotion du secteur maritime de manière générale, en est devenu en si peu de temps un des moments les plus forts. L’objectif poursuivi est de créer une plateforme de rencontres, d’échanges et de partenariats pour promouvoir le développement harmonieux de la pêche, des affaires maritimes et des fonds marins, ainsi que des secteurs d’activités connexes. Le thème général de cette édition: « Enjeux et défis de la Pêche et de l’Economie maritime pour l’Emergence », nous plonge dans la profondeur de la prise en charge des préoccupations de développement que nous inspire la vision du Chef de l’Etat pour le secteur maritime, en réponse aux attentes plurielles des populations et de l’importance stratégique qu’il lui accorde », conclut le Premier ministre.
Quant à M. Mamadou Gueye, Président de la Communauté des Acteurs Portuaires, il avance : « La pêche constitue aujourd’hui la mamelle nourricière de ce pays. Mais elle ne peut cependant, trouver son plein rendement, sans des mesures d’accompagnements solides et performantes parmi ces mesures j’en citerai : le contrôle de la ressource, la nécessité d’avoir des investissements massifs qui permettent le renouvellement de la flotte, la réduction des coûts des facteurs de production entre autres. M. le Premier Ministre, dans ce domaine plus qu’ailleurs, le savoir faire existe dans ce pays, il suffit simplement de renforcer l’encadrement et l’investissement. L’économie maritime se porte bien ; le port continue sa politique de spécialisation des quais, d’approfondissement des tirants d’eau, de simplification des tarifications et des procédures du commerce extérieur.

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles