Pourquoi Idrissa Seck, Macky Sall et Karim ne se gobent pas, selon une ancienne responsable du PDS

Dans un entretien accordé au journal Enquête, Marie Mbengue, une ancienne responsable du Parti démocratique sénégalais et de Rewmi d’Idrissa Seck, a fait certaines révélations sur les relations Macky-Idy et Macky-Karim. Des révélations qui en disent long sur le degré de leurs relations désastreuses. Votre site lactuacho.com vous en offre un extrait… 

Vous qui étiez dans le Pds, qu’est-ce qui explique, selon vous, cette animosité qui existe entre Macky, Idy et Karim ?
Ils se connaissent très bien les uns les autres. Quand des gens de la même famille se battent, le combat est difficile.

Idrissa Seck n’avale pas le fait que ‘’boy-bi’’ (Macky Sall), c’est comme ça qu’il l’appelait, puisse être devant lui. Il avait pris le gosse sous son aile protecteur. Tous les soirs, quand je venais de Soumbédioune pour mes courses, je passais devant chez Idrissa Seck qui habitait au début du boulevard de la République, en face de la Direction générale de La Poste.

A chaque fois, je voyais la voiture de Macky devant chez Idrissa Seck. Un jour, il y avait des parlementaires britanniques qui étaient venus en visite, les intellectuels du parti étaient invités.
Macky était à l’époque président de la Cellule initiative et stratégie (CIS).

Idy a organisé un déjeuner au Terrou-bi avec ces parlementaires. Après qu’on s’est levé de la table, j’ai dit à Idrissa Seck : ce que vous faites n’est pas juste. A chaque fois que vous avez d’illustres invités, c’est nous les femmes que vous invitez à venir meubler vos tables. Mais quand il s’agit d’investitures ou de nominations, vous nous laissez en rade pour prendre d’autres personnes, alors qu’on est des intellectuels et membres du parti de longue date.

Quand j’ai dit cela, Macky a dit ‘’bayil sama Pm’’ (elle imite la voix de Macky). Vous voyez donc qu’il a servi de bouclier entre Idy et moi.

Donc Idy estime qu’hier Macky était derrière lui, pourquoi doit-il donc être devant lui aujourd’hui ?

Idy a été deuxième à l’élection présidentielle de 2007, mais il s’est fourvoyé en croyant qu’il pouvait traiter avec Wade qui est plus rusé qu’un jomboor  (lapin). Wade l’a roulé dans la farine. Et il s’est retrouvé 5ème à l’élection de 2012. Quand on lui disait qu’il ne pouvait pas tromper Wade, Idrissa  rétorquait : je maîtrise la situation, ab-so-lu-ment (elle se répète avec le ton qui imite Idy). Mais il ne maîtrise rien du tout.

A l’élection de 2012, entre les deux tours, quand Wade l’a appelé en rescousse, il a hésité. J’en sais quelque chose, puisque j’étais à son domicile et j’ai vu et entendu.
Que savez-vous des relations entre Macky et Karim ?
Karim a une fois évoqué ses relations avec Macky en disant : c’est mon frère qui me fait ça. J’ai bien compris ce qu’il voulait dire. Les gens ne savent pas pourquoi il a dit ça.

C’est parce que dans le deuxième gouvernement de l’alternance, Wade a voulu nommer Macky ministre, et comme d’habitude, il a joué. On m’a appelée dans sa maison. Je viens, je vois le vieux Ablaye Sy des Parcelles Assainies. Quand je lui ai demandé ce qu’on faisait sur place, il m’a dit : ‘’boy-bi lagnou beugueu nommé ministre’’ (on veut nommer le gosse ministre).

Je dis : quel boy ? Il me dit Macky.

Auparavant Wade me demandait au sujet de Macky : ‘’Est-ce que celui-là est dynamique ? Est-ce qu’il n’est pas lourdaud ?

Je lui demande pourquoi ces questions. Il me dit, c’est comme s’il est indolent.
Je lui ai dit : tu sais que le Pds est un parti de rebelles, surtout les cadres. Mais depuis qu’il est à la tête de la CIS, tu n’as plus de problème de ce côté. Cela veut dire qu’il sait tenir les cadres. Et qui sait tenir les cadres sait tenir un monde politique.

Quand il voulait nommer Macky, Wade l’a envoyé directement chez Karim. C’était pour faire croire à Macky qu’il devait tout à son fils qui l’a fait nommer ministre. Wade a donc joué pour chercher une cour à son fils en mettant Macky le président de la CIS à sa disposition.

Macky n’est pas au courant de cela, je ne lui ai jamais parlé de cette scène. Karim non plus, puisque son père a manœuvré pour qu’il puisse croire qu’il a un pouvoir sur Macky.

C’est ça qui fait que les relations sont difficiles. Ils ne se respectent pas, ils s’affrontent.

Source ‘’Enquêteplus.com’’

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles