Pour influer sur les politiques publiques de pêche : L’ADEPA outille les acteurs du secteur de la sous-région

L’Association Ouest Africaine Pour le Développement de la Pêche Artisanale (ADEPA) organise un atelier sous-régional de lancement technique des formations, dans le cadre du projet : « Renforcement de la bonne gouvernance de la pêche et au sein des organisations professionnelles de la pêche artisanale (OPPA) dans les sept pays membres de la Commission Sous Régionale des Pêches (CSRP) – Afrique de l’Ouest ».Le secrétaire exécutif de l’ADEPA, M. Moussa Mbengue, souligne que la formation est une condition préalable leur permettant de participer à tous les niveaux de décision politique publique de pêche.
« La formation est une condition préalable qui devait aboutir à la professionnalisation, de renforcement des compétences politiques, professionnelles et organisationnelles des professionnels de la pêche artisanale de leur permettre de travailler de façon responsable mais de participer à tous les niveaux de décision politique public de pêche. C’est un atelier qui regroupe une cinquantaine de personnes. Ce projet d’une durée de 3 ans vise essentiellement à renforcer les compétences professionnelles et politiques des organisations professionnelles de pêche artisanale ainsi que leur autonomisation en vue d’améliorer leurs capacités d’influence sur les politiques publiques de pêche », a martelé M. Moussa Mbengue, secrétaire exécutif de l’ADEPA, en marge de la cérémonie d’ouverture.
M. Mbengue précise que l’ADEPA est une association qui contribue à la promotion d’une pêche artisanale durable et capable d’influencer les politiques publiques de pêche.
Il rajoute : « L’une des conditions préalable à une participation active et qualitative des professionnels de la pêche artisanale aux politiques publiques de pêche et au développement durable de la pêche est qu’ils disposent de compétences suffisantes leur permettant d’assumer leur rôle fondamental de vecteur de changement dans un contexte oust-africain de la pêche marquée par de profondes mutations et une complexité notoire ».
Rappelons que ces formations porteront sur des modules à savoir :gestion des écosystèmes marins et côtiers et la cogestion des ressources halieutiques ; le standard sur le commerce international, régional, sous-régional, national et impact sur les métiers de la pêche artisanale ; l’aménagement de sites de transformation et techniques de valorisation artisanale des produits de pêche artisanale pour ne citer que cela.

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles