Portrait/Malèye Faye, parrain de la 22ième promotion de Sup De Co ou des témoignages convergents vers la foi, la détermination mais surtout l’humilité

Aujourd’hui Directeur général de la banque d’Abidjan, Malèye Faye est le parrain de la 22ième promotion de l’école supérieure de commerce Sup de Cop. A travers les témoignages sur son cursus et son parcours professionnel, dresser son portrait ressemble à vouloir retracer le trajet d’un homme qui « aime  les Risques », mais aussi à offrir à cette promotion, à la jeunesse, un exemple d’un homme de conviction, forgé dans la droiture, mais surtout très humble, mais avec un « défaut » notable…

Après avoir débuté ses cours chez les sœurs du Saint Sacrement de Ziguinchor, Malèye Faye a fait ses études moyennes et secondaires au lycée Charles De Gaulle de Saint-Louis, avec un parcours sans faute comme disent les uns.

Après le bac et un certain séjour à l’Université Cheikh Anta Diop, (UCAD) c’est en 1998 qu’il a décroché  sa maitrise en Finance Audit et contrôle de gestions à Sup de Co, première école supérieure de commerce du Sénégal.

Des témoignages sur ses études supérieures, le PDG de Sup De Co les a soulignés lors de son discours de bienvenue et de présentation des parrains, un moment tellement fort que sans offenser notre jeunesse, nos jeunes leaders et le futur de ce continent, on pourrait se demander « Ce Malèye existe-il parmi la jeunesse d’aujourd’hui ? »

Pour sa carrière professionnelle, en 1999, il effectue un bref passage au service financier de Sagrim, une grande société d’aménagement immobilier, pour ensuite intégrer la BICIS, une filiale du Groupe BNP Paribas comme jeune analyste Risques.

C’est là-bas qu’il gravit les échelons et dirigea pendant 7 ans la Direction des Risques, des Chantiers structurants  comme la mise en place de la filière Risques, la fiabilité des données Corporate… Oui, retenez bien le mot Risques et vous saurez pourquoi à l’entame on avait dit « un homme qui aime les Risques »

En 2007, il intègre les métiers de l’exploitation et se voit confier la grande agence de la zone industrielle spécialisée avec la gestion des comptes des grandes entreprises multinationales et locales devenue aujourd’hui le centre d’affaire de la Bicis.

Son amour du métier, sa rigueur dans son travail, sa générosité pour la cause des autres, ses promotionnaires en ont témoigné, expliquant presque en filigrane son parcours. Car en 2009 il se voit confier le nouveau département de l’animation commerciale, puis du réseau d’agences qu’il va porter de 09 à 24 agences en 03 ans. Puis en 2012, l’homme occupe la fonction de Corporate Risk Manager à Ecobank Sénégal.

Cet homme qui certes voyageait de temps en temps, mais ne s’est jamais établi à l’extérieur du Sénégal, aborde un tournant dans sa vie professionnelle. En 2015, M Malèye intègre la Banque d’Abidjan comme Directeur, puis Directeur Général adjoint  en charge de la politique de prise de Risques, (Oui, Risques) et de la politique de crédit au Sein de la Banque de Dakar, première filière banque de BDK Finance Group. Aujourd’hui il en est le Directeur Général et il est aussi administrateur de Trois institutions de microfinance au Sénégal, En Guinée Conakry et au Mali.

Quid de son Enfance ? Son éducation ? Ses  Passions ? Ses Ambitions ?

Là aussi les témoignages ne manquent pas …

Sur les traits de caractères marquants de son enfance, Cheikh Djily, un de ses proches mais aussi un plus qu’ami d’enfance, nous souffle qu’il savait utiliser son intelligence surtout quand il voulait obtenir quelque chose d’une personne qu’elle soit, sa mère ou n’importe quelle autre qu’il connait.  Un fin stratège pour tout dire.

Mais ajoute-il, comme s’il était prédestiné aux finances à chaque fois qu’il avait de l’argent, il le gérait de telle sorte qu’il ne gaspillait pas.

« Car nous les autres, il nous arrivait de finir notre popote alors que lui, il lui en restait encore malgré sa gourmandise. C’est cette façon efficace de gérer qui lui a valu quand il a obtenu son bac et est venu à l’Ucad, que notre oncle lui confie la gestion de la dépense de la chambre 37, alors qu’il était le dernier venu et en plus le benjamin », ajoute-il sur un air très taquin.

Conviction et humilité

Sur le qualificatif d’homme de conviction, un autre témoignage nous montre que c’est  une personne d’une grande fierté, qui n’a jamais aimé demander un service même dans les moments difficiles.

A titre d’exemple, étant étudiant, une fois Malèye Faye était venu rendre visite à des parents dans la banlieue Dakaroise distante de plusieurs kilomètres de l’Université, alors qu’il n’avait que le prix de son billet aller. Au moment de se dire au revoir, comme personne ne lui a proposé ou gratifié de quelque chose pour son  billet du retour, il ne demande  rien non plus, et avec sa fierté il est reparti au campus ce jour-là, parcourant plusieurs kilomètres à pieds.

Et pourtant nous dit-on, l’homme a toujours tenu  à sa famille dans le sens large, car son père lui demandait à chaque fois s’il rendait visite à ses proches. C’est pourquoi, même si c’est difficile il allait toujours aller voir ses autres parents.

Mieux, un autre éclairage confirme les propos de sa femme qui depuis Abidjan faisait parvenir son témoignage soulignant avec force que « Malèye Faye est le meilleur des maris et que sur terre elle ne lui trouve pas d’égal ». Ces propos, au lieu de susciter des commentaires ou rivalités, avaient valu au DG de la Banque d’Abidjan un tonnerre d’applaudissements dans une salle de conférence de Diamniadio archi-comble.

Selon toujours un de ses proches, pendant son enfance Malèye, misogynie  rangée aux oubliettes, aimait aider sa mère dans les tâches ménagères, là où d’autres jeunes de son âge auraient eu peur de se faire chambrer par leurs camarades. Enfin, peut-être aussi ce respect est-il dû à sa taille respectable ?

Si, si ! Parce que de loin en voyant Malèye, on croit apercevoir un ancien champion du Basket. Pourtant pour ses  passions, l’homme est un féru d’arts martiaux, plus précisément l’Aikido. Oui, il en est d’ailleurs gradé ceinture noire, 2ème Dan. De quoi imposer le respect !

Une femme rajoute qu’elle a été vraiment touchée par son humilité, quand elle l’a trouvé la première fois chez lui, allaitant au biberon un bébé. Sur son humanisme, elle témoigne aussi de l’égard et la grande attention que l’homme accorde aux enfants en bas âge.

Ses Passions, sa foi.. 

Fervent musulman et impliqué dès son adolescence dans les évènements religieux et socioculturels, il se dévoue corps et âme pour la réussite des cérémonies annuelles dédiées à la confrérie mouride. Ses actions de grâce, donc destinées au SEIGNEUR de ce monde, l’homme ne veut pas en parler, car c’est entre  lui et son CREATEUR…

Alors rebroussons chemin pour parler d’autres choses, comme  aussi son amour pour le Cinéma, (un pan culturel en perdition au Sénégal). Oui, ça aussi c’était ça sa passion, mais voilà le Sénégal aujourd’hui, du moins Dakar n’a plus de salle de cinéma. Voilà pourquoi l’homme a échangé ce loisir contre des sorties avec les enfants ou ne pas dire ses enfants.

Levant un coin du voile sur ses ambitions, le DG de la Banque d’Abidjan porte dans son cœur la volonté d’être toujours utile à sa communauté, mais surtout d’être au-devant  de ceux qui vont conduire le Sénégal et l’Afrique à « Zéro Pauvreté »

Ce seul grand défaut qu’on lui connait

 

Nul n’est parfait, nous enseigne l’adage ! Oui Malèye Faye a un grand défaut !

Et pour être équilibré dans son portrait et le partage de l’info, voilà ce que nous confie son Cousin Djily comme anecdotes..

« Il aime beaucoup les bons plats. Quand il vient chez moi, il essaye toujours de voir ce que mon épouse est en train de préparer. Il a des narines extraordinaires et à partir de l’odeur qui se dégage de la cuisine, il peut tout de suite te dire de quel plat il s’agit. Mais il adore manger en groupe, de telle sorte que s’il y a aucun évènement il invite les proches à venir partager un bon plat… »

Cent commentaires…

 

 

Pape Ismaïla CAMARA
à lire

Autres Articles