Politique Communautaire : La CEDEAO s’applique pour mettre en œuvre son plan d’action humanitaire international

La Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) ont décidé d’étendre le plan d’action humanitaire international de la CEDEAO à 2018.

Cela permettrait à la CEDEAO et au CICR d’initier et de compléter un examen de la mise en œuvre du plan actuel en vue de le valider en 2018 afin qu’il soit adopté par les organes statutaires de la CEDEAO, nous dit un communiqué parvenu à www.lactuacho.com.

Cette décision a été déterminée lors de la 14ème réunion annuelle pour examiner la mise en œuvre du DIH en Afrique de l’Ouest qui s’est achevée le 3 novembre 2017 à Abuja, au Nigeria.

S’exprimant à la fin de la réunion, Dr Sintiki Ugbe, Directrice du Genre, de la Jeunesse et des Sports de la Commission de la CEDEAO, qui représentait la Commissaire aux Affaires Sociales et au Genre, Fatimata Dia Sow, a déclaré que l’objectif était de Les valeurs humaines chères exprimées dans les dispositions relatives aux droits de l’homme et au DIH sont très importantes.

Elle a souligné que des questions clés telles que le déplacement interne et la protection des migrants vulnérables étaient d’actualité et étaient pertinentes pour atteindre des niveaux appropriés de sécurité humaine car elles sont importantes pour la ratification et la domestication de divers traités de DIH.

De son côté, Eloi Fillion, chef de la délégation du CICR à la CEDEAO, a déclaré dans son allocution que « le CICR se félicite de l’engagement des Etats membres de continuer à échanger leurs meilleures pratiques, alors que de nouveaux comités du DIH sont formés et renforcés leur efficacité « .

« En se réunissant sous l’égide de la région de la CEDEAO, et en exprimant des engagements envers les principes et les traités essentiels du DIH, vous mettez la région sur la scène internationale en tant que puissant défenseur du DIH », a-t-il ajouté.

L’ambassadeur togolais à la CEDEAO, M. Lene Dimban, qui représentait le président de l’Autorité des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO, Faure Essozimna Gnassingbé, a également déclaré que la prolongation du Plan d’action de la CEDEAO pour le DIH réaffirme le ferme engagement des deux organisations pour sa mise en œuvre.

La réunion annuelle d’examen de 2017 sur la mise en œuvre du DIH en Afrique de l’Ouest a notamment porté sur le terrorisme, les migrations, le respect du DIH et les mesures prises par les États membres depuis la réunion de 2016 sur la mise en œuvre des traités DIH. la mise en oeuvre.

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles